•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des camionneurs inquiets des délais à la frontière canado-américaine

Le pont Ambassador relie Windsor à Détroit.
Le pont Ambassador relie Windsor à Détroit. Photo: Radio-Canada
CBC

Les délais pouvant atteindre 80 minutes pour les véhicules commerciaux au poste frontalier canado-américain du pont Ambassador inquiètent des camionneurs.

Les camionneurs ignorent les raisons expliquant les délais plus longs qu’à l’habitude au pont Ambassador, à la frontière reliant Windsor et Détroit, mais en craignent les conséquences sur leur salaire.

Ils sont autorisés à conduire un certain nombre d’heures par jour où les temps d’attente à des postes frontaliers sont comptabilisés.

Le conducteur Gurjit Bhatti dit avoir attendu deux heures avant de pouvoir traverser le pont mercredi. Ça me fait perdre mon temps. C’est de l’argent qui vient de ma poche, affirme-t-il.

Gurjit Bhatti , à l'extérieur de son véhicule.Gurjit Bhatti est un camionneur depuis plus de 10 ans. Photo : CBC / Jason Viau

Selon les exigences du ministère des Transports de l’Ontario, les camionneurs sont autorisés à conduire 13 heures par période de 24 heures. De plus, ils ne peuvent pas reprendre la route après avoir cumulé 14 heures de service dans une journée, ce qui inclut le chargement du véhicule et le temps d’attente aux frontières.

Des conducteurs, comme M. Bhatti, se demandent si les délais sont liés à la paralysie du gouvernement américain qui a commencé le 22 décembre.

Par courriel, un porte-parole du bureau américain d'administration des douanes et de protection à la frontière (CBP) souligne que le manque de financement actuel n’a aucun impact sur le fonctionnement aux points d’entrée pour faciliter les déplacements et le commerce.

Le syndicat Unifor est aussi inquiet des délais en raison de la livraison de pièces automobiles aux usines d’assemblage.

Le président de la section locale 444, Dave Cassidy, croit qu’ultimement ce seront les consommateurs qui perdront au change, car nous ne pouvons pas construire les véhicules que nous devons construire.

Il affirme ne pas avoir constaté de baisse de productivité pour le moment, mais ajoute que les conducteurs subissent de la frustration.

Avec des informations de Rose St-Pierre

Windsor

Emploi