•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

3e Marche des femmes à Ottawa

Des manifestants en habits d'hiver arborent des pancartes aux slogans prônant l'équité des sexes.
Plusieurs manifestants sont à la Marche des femmes à Ottawa, malgré le froid. Photo: Radio-Canada / Yasmine Mehdi
Radio-Canada

Plus de 1000 personnes se sont rassemblées samedi sur la colline du Parlement, à Ottawa, pour prendre part à la troisième Marche des femmes.

Malgré le froid polaire, des manifestants ont tenu à s'exprimer contre la violence basée sur le genre.

Il s’agit d’un phénomène global, mais nous voulons souligner comment ce type de violence touche les femmes autochtones et d’autres communautés marginalisées au Canada, a soutenu dans un communiqué Yelu Mulop, qui a cofondé la Marche d'Ottawa en 2017.

Une cérémonie a eu lieu sur la colline du Parlement vers 11 h, après quoi les marcheurs et marcheuses ont emprunté les rues Wellington et Bank, et ce, jusqu’au pavillon Aberdeen au parc Lansdowne, sur un itinéraire de 2,7 km.

Il s'agit de la troisième mouture de la marche qui était à l’origine un rassemblement pour protester contre l'élection de Donald Trump à la présidence des États-Unis.

Selon la ministre de l'Environnement, Catherine McKenna, qui était sur place, le gouvernement fédéral a fait beaucoup pour les femmes. Elle concède toutefois qu'il reste du travail à faire.Oui, on va promouvoir le droit des femmes, le droit de toutes les femmes, a-t-elle affirmé.

Après #MeToo

Tous les manifestants interrogés se sont entendus pour dire que cette marche était en continuité avec le mouvement #MeToo lancé en 2017.

Jessica Simard a expliqué qu'elle était présente pour conscientiser sa fille et pour faire avancer la cause des femmes.

Des hommes étaient également présents. L'un d'eux, Alexandre Savoie-Perron, mentionnait l'importance de soutenir la cause. Il a lui-même été sensibilisé à la situation des femmes.

Ça a ouvert mon esprit sur l'ensemble des gens qui vivent ou qui ont vécu une oppression quelconque. Ça force à réfléchir.

Alexandre Savoie-Perron

Les manifestants ont aussi dénoncé le retour à l'ancien programme d'éducation sexuelle en Ontario. Un groupe d'étudiantes a revendiqué l'inclusion de la notion de consentement dans l'éducation des jeunes filles.

On ne peut pas juste être témoin et normaliser les comportements [...] On peut être une partie de la solution.

Cassandra Williamson, manifestante

La directrice générale de l'Association des femmes autochtones du Canada, Lyne Groulx, s'est dite ravie de voir la solidarité qui règne au sein de la communauté féminine. On a le soutien de beaucoup de groupes de femmes. [...] On est unifié comme un seul groupe de femmes, a-t-elle résumé.

Avec les informations de Yasmine Mehdi

Ottawa-Gatineau

Engagement communautaire