•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les « gilets jaunes » témoignent d’une frustration envers les élites, selon l’ambassadrice du Canada en France

Justin Trudeau prend la parole au déjeuner de travail sur l'égalité des sexes

Isabelle Hudon en compagnie de Justin Trudeau lors du sommet du G7 à La Malbaie.

Photo : La Presse canadienne / Justin Tang

Alix Villeneuve

La mobilisation des « gilets jaunes » en France est le fruit d'une accumulation de plus d'une décennie d'insatisfaction envers les élus, selon l'ambassadrice du Canada en France, Isabelle Hudon. Les manifestations démontrent qu'il y a un mécontentement de la classe moyenne envers les élites, selon elle.

C’est de passage à Moncton, à l’antenne de l’émission Tout un samedi que l’ambassadrice a été invitée à commenter la crise qui secoue les Français depuis 10 semaines. Une mobilisation des Français qu’elle qualifie à la fois d’intrigante et spectaculaire.

Ils ne se sentent pas écoutés, ils sentent qu’ils payent trop.

Isabelle Hudon, ambassadrice du Canada en France

On voit également que c’est anti-élite. Donc, on n’est pas satisfait avec les élus on les trouve trop élitistes, analyse-t-elle.

Isabelle Hudon lors de son entrevue avec l'animateur Janic Godin.

Isabelle Hudon était de passage à l'émission Tout un samedi à Moncton.

Photo : Radio-Canada / Annie Desjardins

Elle ajoute immédiatement ensuite qu’elle n’apprécie pas utiliser le terme élitiste issu du populisme de droite et de gauche. Mais quand même, il y a un mouvement anti-élite, précise-t-elle.

On sent une révolte au sein des Français et Françaises.

Isabelle Hudon, ambassadrice du Canada en France

10 ou 15 ans d'insatisfaction

Le mouvement serait aussi une manifestation d’une insatisfaction accumulée pendant plus d’une décennie. C’est peut-être 10 ou 15 ans d’insatisfaction. Ce n’est pas une seule décision qui a créé un mouvement.

La crise marque aussi une déconnexion entre les Français de Paris et ceux des régions plus éloignées des grands centres, observe-t-elle.

C’est un combat entre Paris et les régions, c’est un combat entre les différentes strates de la société.

Des motocyclistes et des manifestants à pied sont réunis.

Manifestation de gilets jaunes à Bordeaux samedi

Photo : AFP/Getty Images / Mehdi Fedouach

Elle souligne par exemple que la taxe sur l’essence n’a pas eu le même impact en région, où les services de transports sont moins présents qu’en ville.

Elle explique justement qu’en tant qu’ambassadrice, elle a demandé à être hors de Paris plus de la moitié de son temps afin de sentir le pouls très différent des régions.

Les commentaires de l’ambassadrice surviennent quelques jours avant une rencontre prévue lundi, entre le premier ministre du Québec, François Legault et le président de la France, Emmanuel Macron.

Nouveau-Brunswick

Politique internationale