•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

États-Unis : les démocrates promettent d’injecter plus d’un milliard de dollars dans la frontière

La présidente démocrate de la Chambre des représentants, Nancy Pelosi.
La présidente démocrate de la Chambre des représentants, Nancy Pelosi Photo: Getty Images / Alex Wong

À quelques heures d'une « annonce majeure » attendue cet après-midi par le président américain Donald Trump sur la paralysie budgétaire, les démocrates ont pris les devants en annonçant l'ajout de plus d'un milliard de dollars pour renforcer les contrôles à la frontière avec le Mexique.

L’argent servira entre autres à « améliorer » les portes d’entrée déjà existantes à la frontière sud et à embaucher de nouveaux juges d’immigration, a indiqué à l'Associated Press un adjoint démocrate à la Chambre des représentants, sous le couvert de l’anonymat.

Selon lui, la somme proposée inclura 524 millions de dollars pour la réhabilitation d’une porte d’entrée en Californie et d'une autre en Arizona, ainsi que 563 millions pour le recrutement de 75 nouveaux juges, précise de son côté le New York Times.

Cette enveloppe, qui fera l’objet d’un vote la semaine prochaine, ne servira pas au financement du mur que veut construire Donald Trump à la frontière avec le Mexique, a encore souligné la même source.

Avec cette annonce, les démocrates commencent à dévoiler leur vision pour renforcer la sécurité aux frontières, alors que la paralysie budgétaire, décrétée par Trump, bloque partiellement des administrations fédérales depuis près d'un mois.

Donald Trump et la présidente démocrate de la Chambre des représentants, Nancy Pelosi, sont engagés dans un bras de fer depuis plusieurs semaines autour de cette impasse budgétaire qui touche depuis le 22 décembre quelque 800 000 employés fédéraux, qui ne reçoivent plus de salaire.

Une « annonce majeure » attendue

Au cœur du conflit budgétaire figure le mur pour lequel le président américain réclame une enveloppe de 5,7 milliards de dollars, ce à quoi les démocrates ont opposé un refus catégorique.

« Je vais faire une annonce majeure concernant la crise humanitaire à notre frontière sud et la paralysie budgétaire [...] en direct de la Maison-Blanche », a écrit M. Trump sur Twitter, vendredi en soirée. L'annonce était prévue à 15 h, mais a été repoussée à 16 h, selon la Maison-Blanche.

Selon une source proche du dossier, il prendra la parole pour proposer un compromis. Donald Trump, a-t-on précisé, n'entend pas renoncer à exiger le déblocage des milliards de dollars qu'il réclame au Congrès pour financer le mur, mais proposera en échange de donner son aval à un projet de loi sur la protection des « dreamers », des sans-papiers arrivés aux États-Unis alors qu'ils étaient mineurs, et des titulaires du statut légal temporaire.

Le vice-président, Mike Pence, le chef de cabinet de la Maison-Blanche, Mick Mulvaney, et Jared Kushner, gendre et conseiller du président, ont joué un rôle déterminant dans la formulation de cette offre, a-t-on ajouté.

La construction du mur est l'une des principales promesses de campagne de M. Trump.

Lors d'une allocution solennelle le 8 janvier dans le bureau ovale, le président avait dit, en s'adressant aux Américains, qu'il leur parlait, « car nous assistons à une crise humanitaire et sécuritaire grandissante à la frontière sud ».

Il avait également formulé une mise en garde contre les immigrants illégaux, qui font couler « le sang américain ».

Avec les informations de Associated Press, The New York Times, et Reuters

Politique américaine

International