•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L’Office régional de la santé de Winnipeg utilise encore d’anciennes pompes à perfusion

Une infirmière fait rouler un lit dans un couloir d'hôpital.
Les hôpitaux de Winnipeg continuent d'utiliser des anciens modèles de pompe à perfusion de la marque Baxter, alors que l'entreprise avait proposé de nouveaux modèles lors du renouvellement du contrat. Photo: shutterstock / john panella / John Panella

Alors que la majorité des services de santé du pays ont changé leur matériel pour des systèmes automatisés sécuritaires, les hôpitaux de Winnipeg ont choisi de renouveler un contrat pour des machines sujettes à des erreurs, selon des experts du domaine médical.

Les pompes à perfusion sont des dispositifs qui permettent d’apporter au sang des patients des médicaments essentiels, notamment dans la lutte contre le cancer.

CBC a appris que l’Office régional de la santé de Winnipeg aurait eu l’occasion d’améliorer ses équipements comme le reste du pays en 2011, mais qu'il aurait choisi de continuer à utiliser son vieux matériel en signant un contrat de 10 ans.

L’organisme explique ce choix par des restrictions budgétaires et un manque de préparation.

Un choix décrié

Le mois dernier, Jennifer Zyla, une patiente winnipégoise atteinte d’un cancer avait fait entendre sa voix dans la presse avec des photos documentant des mois de perfusion avec du matériel ayant dépassé la date d'inspection requise.

« Je sais qu’il existe des questions de budget. Toutefois, je sais aussi que ces pompes sont utilisées 24 heures sur 24, tout au long de l’année », ajoute-t-elle en précisant que ces machines ne servent pas seulement aux patients en traitement de chimiothérapie.

S’il existe quelque chose de mieux, pourquoi?

Jennifer Zyla, patiente atteinte d’un cancer

CBC a contacté plusieurs hôpitaux et services de santé à travers le pays. Winnipeg se révèle être l’un des rares endroits à encore faire usage du Baxter Colleague, une pompe à perfusion achetée par l’Office régional de la santé de Winnipeg aux alentours de 2005.

L’appareil avait fait l'objet d'un rappel aux États-Unis en 2010 après plusieurs rapports d’erreurs concernant son logiciel et ses piles.

Un système plus automatisé

Plusieurs établissements hospitaliers de Vancouver, de Toronto, d'Ottawa et de la Saskatchewan sont passés au système « Smart Pump », un modèle de dernière génération considéré comme plus sécuritaire par des experts du milieu et qui permet d’éliminer les erreurs humaines.

Le directeur général du département d'ingénierie biomédicale de l'University Health Network de Toronto, Joseph Cafazzo, estime que c’est surtout ce dernier point qui est très différent sur les modèles actuellement utilisés dans les hôpitaux de Winnipeg.

« Il y a eu de nombreux cas, au fil des ans, où [les anciens modèles] ont été mal programmés. Cela a entraîné des sous-dosages ou des surdosages de médicaments », précise-t-il.

Des modèles toujours valables

Joseph Cafazzo ajoute néanmoins que les patients « peuvent continuer à se sentir en sécurité avec des appareils comme le Baxter Colleague, qui ont la capacité de se connecter à une banque de données ainsi que de faire sonner une alarme si une mauvaise dose de produit est administrée ».

Il estime que ces appareils sont sécuritaires lorsqu’ils sont correctement utilisés.

Dans un communiqué, l’Office régional de la santé de Winnipeg (ORSW) précise que les appareils actuellement utilisés ont eu leur logiciel mis à jour ainsi que le système de piles.

« En aucun cas les nouvelles fonctionnalités des nouveaux systèmes ne signifient que les pompes Colleague sont obsolètes ou dangereuses à utiliser », insiste l’organisme.

L’ORSW précise également qu’un accord avec l’entreprise Baxter a été signé lors du renouvellement de contrat pour assurer un suivi du matériel jusqu’en 2023.

Selon Jospeh Cafazzo, les contrats sont renégociables tous les 10 à 15 ans.

Le contrat de la province avec Baxter devait ainsi expirer en 2013. Différentes options de cinq marques différentes ont été étudiées, notamment un modèle de type « Smart Pump » fabriqué par Baxter.

« La complexité et les dépenses qu’entraînaient les démarches pour s’assurer de la compatibilité avec nos systèmes dans les différents hôpitaux n’en faisaient pas des solutions adaptées à nos besoins du moment. En bout de piste, cela n’aurait pas été dans l’intérêt de nos patients », explique le porte-parole de l’Office régional de la santé, Scott Sime, dans un communiqué.

Il ajoute que l’organisme envisage de remplacer les pompes à la fin du présent contrat, en 2021.

Manitoba

Santé publique