•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

De l'espoir pour la nouvelle école Michaëlle-Jean

Le ministre de l'Éducation prend la pause aux côtés d'élèves de l'école Michaëlle-Jean.
David Eggen a passé une trentaine de minutes avec les élèves de l'école Michaëlle-Jean. Photo: Radio-Canada / Nafi Alibert

Les élus du conseil scolaire Centre-Nord (CSCN) et les membres du conseil de l'école Michaëlle-Jean sont ressortis avec le sourire de la réunion à huis clos qu'ils ont eue, vendredi après-midi, avec le ministre de l'Éducation de l'Alberta, David Eggen. Au cours de la rencontre, ils ont fait valoir la nécessité de bâtir une nouvelle école pour les élèves qui fréquentent cet établissement.

« On est vraiment content de pouvoir compter sur l’appui du ministre », a déclaré Nathalie Lachance, la présidente du CSCN, après son entretien avec David Eggen.

Le ministre de l’Éducation était de passage à l’école Michaëlle-Jean où il a visité les locaux et pris un bain de foule avec les élèves qui avait préparé des prestations musicales pour l’accueillir.

La visite du ministre a surtout été l'occasion, pour les élus du conseil scolaire Centre-Nord et les membres du conseil d'école, de discuter de leur demande de construire un nouveau bâtiment pour les élèves de cette école secondaire francophone d'Edmonton.

« Nous avons eu une réunion productive, la communauté s’est mobilisée pour offrir une meilleure éducation [francophone] à leurs enfants, et je suis à leur côté depuis le début », a affirmé M. Eggen.

En octobre dernier, le CSCN a suggéré au gouvernement d’utiliser une parcelle du terrain de l'école Gabrielle-Roy pour installer le nouveau bâtiment de l'école secondaire Michaëlle-Jean.

« On est très confiant, franchement le ministre a été très à l'écoute, très ouvert. Il comprend très bien le système de l'éducation, il comprend très bien aussi la cause francophone, je crois qu'on va avoir un bon coup de pouce de son côté », a réagi Sylvie Dassylva, la directrice de l’école Michaëlle-Jean.

Besoin d’espace

Les 176 élèves qui fréquentent cette école secondaire francophone occupent actuellement un terrain appartenant au Conseil scolaire catholique d'Edmonton.

« Nous, on loue ici, on n’est pas chez nous, déplore Mme Dassylva. Donc, quand on fait des rénovations [ou pour] tout ce qu’on doit faire [...] , on doit demander la permission. »

L’école située sur la 84e rue Nord-Ouest cohabite avec une garderie et un service de santé.

« Ce sont tous les deux des services anglophones, donc on aimerait un jour avoir vraiment notre propre chez nous pour pouvoir grandir », ajoute Sylvie Dassylva.

En s’installant sur le terrain de l’école Gabrielle-Roy, la nouvelle école Michaëlle-Jean prendrait la forme d’un campus francophone desservant près de 450 élèves de la maternelle à la 12e année.

Ici, « on a des lacunes au point de vue des laboratoires et des autres infrastructures comme le gymnase, qui n’est pas de la bonne grandeur », précise Nathalie Lachance pour pointer un des défis auquel fait face l’établissement.

S’ils sont sortis de leur rencontre avec le ministre « enthousiastes et optimistes », les membres du CSCN savent que les prochaines élections provinciales pourraient changer la donne.

Par ailleurs, « nous sommes un des 61 conseils scolaires de la province et il y a aussi des défis importants dans les autres conseils, francophones ou autres », reconnaît Nathalie Lachance.

Le CSCN compte trois autres écoles dans les projets prioritaires qu’il a présentés au gouvernement à l’automne 2018 : l’école St-Vital à Beaumont, l’école Claudette-et-Denis-Tardif à Sherwood Park, l’école Citadelle à Legal.

Alberta

Éducation