•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Casinos : les Premières Nations réclament une plus grande part du gâteau

Entrée du casino autochtone de Lloydminster avec des places de stationnement.
Le casino autochtone de Lloydminster, à la frontière de la Saskatchewan et de l'Alberta Photo: Radio-Canada

L'Assemblée des Premières Nations, qui représente plus de 600 chefs au pays, sollicite Ottawa afin d'obtenir des modifications au Code criminel pour permettre la construction de plus de casinos autochtones.

Pour Perry Bellegarde, le chef de l’Assemblée des Premières Nations, un tel changement permettrait notamment d’accroître les pouvoirs d’autodétermination et d’asseoir une stabilité économique au sein des réserves.

Il donne l’exemple de la Saskatchewan, dont il est originaire, où les casinos autochtones rapportent plus de 80 millions de dollars par année et emploient jusqu’à 2000 personnes.

Jusqu’à présent, l’article 207 du Code criminel soumet l’existence d’un casino au sein d’une réserve autochtone à une approbation provinciale. Les représentants des Premières Nations veulent changer cette situation afin d’avoir plus de pouvoirs sur leurs territoires.

C’est le cas au Manitoba, où, à la suite du refus de la province d’autoriser la construction d’un casino autochtone à Winnipeg, l’Assemblée des chefs du Manitoba poursuit le gouvernement provincial.

Les représentants des Premières Nations réclament près d’un milliard de dollars, notamment pour couvrir le manque à gagner estimé à plusieurs centaines de millions de dollars.

Ils reprochent entre autres au gouvernement du Manitoba d’avoir permis la construction, à Winnipeg, de deux casinos régis par des entreprises de la Couronne, se répartissant l’essentiel des profits.

Parallèlement, les Premières Nations du Manitoba, qui gèrent trois des 16 casinos autochtones en activité au pays, déplorent que ces derniers soient situés dans des régions plus rurales et isolées, où les revenus sont plus modestes.

En Saskatchewan, les six casinos autochtones gérés par la Saskatchewan Indian Gaming Authority ont permis d’engranger près d’un milliard de dollars de bénéfices au cours de la dernière décennie. La moitié de cet argent a été reversé à des communautés autochtones.

Toutefois, en Alberta et en Saskatchewan, les exploitants autochtones doivent aussi céder une part importante de leurs bénéfices aux gouvernements provinciaux comme condition d’obtention de leurs licences.

Pour le moment, le gouvernement d’Ottawa reste sourd aux revendications autochtones et souhaite maintenir le statu quo sur la question des casinos.

Manitoba

Autochtones