•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Apprivoiser l'hiver manitobain avec le défi transport actif hivernal

De vieux patins sur un bureau devant un ordinateur où l'on voit la page de l'émission le 6 à 9.

De vieux patins sur le bureau de l'animateur de l'émission « Le 6 à 9 ».

Photo : Radio-Canada

Louis-Philippe Leblanc
Prenez note que cet article publié en 2019 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Il faut le reconnaître, nombre de personnes ont peur de l'hiver. Plus particulièrement du froid. Pour plusieurs, l'anticipation du froid lorsqu'on regarde une prévision météo est pire que le froid lui-même. C'est pour ces frileux que je me suis lancé le défi transport actif hivernal 2019. Objectif : dédramatiser l'hiver et le sport.

Pendant une semaine, je me suis imposé d'aller au travail de différentes manières actives. De plus, je dois me rendre au travail tôt, puisque j'anime la matinale de Radio-Canada à Winnipeg, Le 6 à 9, qui débute à 6 h. Je vous propose un survol de l'expérience, des réflexions et des conseils.

Jour 1 : le patin

-9 °C (Refroidissement éolien : -14), 4,3 km, 45 min.

Le sentier d'hiver de la rivière Assiniboine à Winnipeg durant une froide journée d'hiver ensoleillé.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Le sentier d'hiver de la rivière Assiniboine à Winnipeg.

Photo : Radio-Canada

Les Winnipégois sont extrêmement gâtés côté glisse. Durant l'hiver, la Fourche devient une longue patinoire. Ce que plusieurs ignorent, c'est qu'on peut accéder aux rivières Rouge et Assiniboine par divers endroits et utiliser cette piste pour se rendre au centre-ville. Il faut marcher pour s'y rendre, par contre, et la qualité de la glace est parfois mauvaise.

Jour 2 : le ski de fond

-7 °C (Refroidissement éolien : -14), 4,8 km, 1 h 05

Des skis de fond dans le studio 14 à Winnipeg. Il sont appuyés contre une table où l'on voit un micro et des écrans. Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Des skis de fond dans le studio du 6 à 9.

Photo : Radio-Canada

J'ai espéré une belle tempête de neige toute la semaine, mais elle n'est jamais venue! J'aurais pu utiliser des raquettes aussi. J'ai donc emprunté des parcs de la ville pour me rendre aux rivières Rouge et Assiniboine en enlevant mes skis aux intersections. Une fois sur l'eau gelée, on peut trouver parfois des pistes de ski dans la neige. C'est un moyen de transport mal adapté qui demande beaucoup d'énergie. De plus, de la poudrerie a rendu le trajet pénible. Je suis arrivé au travail exténué et complètement trempé.

Jour 3 : vélo

-24 °C (Refroidissement éolien : -27), 3,8 km, 18 min.

L'animateur Louis-Philippe LeBlanc avec son vélo devant la station de Radio-Canada de Winnipeg. Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

L'animateur Louis-Philippe LeBlanc avec son vélo devant la station de Radio-Canada de Winnipeg.

Photo : Radio-Canada

Le vélo est de loin le moyen le plus efficace de se déplacer quand il n'y a pas de neige, mais on doit bien s'habiller! Avec des lunettes de ski et un masque, c'est très confortable. Le trajet a été rapide et a demandé peu d'énergie. Le choix du trajet est important. Il faut privilégier un parcours sécuritaire et bien déneigé, quitte à le rallonger.

Jour 4 : course

-18 °C (Refroidissment éolien : -27) , 3,5 km, 28 min.

C'est la surprise de ma semaine! À mon grand étonnement, je n'ai presque pas eu froid en courant à 4 h 30 du matin. Au contraire, j'ai dû enlever des épaisseurs en chemin! On a aussi l'avantage de pouvoir choisir l'itinéraire le plus court en traversant des parcs, par exemple. La glace et la neige compactée n'ont pas été un problème pour mes espadrilles.

Jour 5 : la marche

-27 °C (Refroidissement éolien : -34), 3,9 km, 55 min

La Fourche de Winnipeg en pleine nuit. On y voit la patinoire du sentier d'hiver.  Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

La Fourche de Winnipeg est magnifique en pleine nuit. Remarquez la lune qui se lève au centre sur les édifices et le reflet de la glace.

Photo : Radio-Canada

Je voulais absolument marcher un matin. C'est la meilleure manière de s'initier au transport actif l'hiver. Contrairement aux autres moyens de transport, il faut s’habiller très chaudement. Malgré mon manteau en duvet et son capuchon, j'ai eu froid au visage. J'aurais dû apporter mes lunettes de ski. Il faut dire qu'il faisait très froid avec une alerte de froid extrême à Winnipeg. C'est une façon lente, mais très accessible de se rendre au travail. On peut aussi en profiter pour écouter des balados.

En tout, j'ai parcouru 40 km cette semaine. Et jamais le froid n'a eu le dessus. Avec un peu de préparation et des vêtements appropriés, l'hiver ne devrait pas être un frein. Après une semaine, j'ai un peu mal aux jambes, mais j'ai fait le plein d'énergie et de soleil avec tout ce temps passé dehors.

Conseils de transport actif hivernal

  • Regardez la météo, mais pas trop.

Les prévisions météo doivent servir à se préparer, pas à nous décourager.

  • Vêtements

C'est la clé pour avoir du plaisir. Il faut avoir des vêtements appropriés. Bien souvent, on s'habille trop. N'oubliez pas des vêtements pour le travail.

  • Lunettes de ski

On aime mieux les traîner pour rien que regretter de ne pas les avoir.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !