•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Doug Ford veut louer la Place de l'Ontario au secteur privé

Un parc sur les rives du lac Ontario avec vue sur le centre-ville de Toronto
Le parc Trillium se trouve sur les terrains de la Place de l'Ontario Photo: Radio-Canada / Martin Trainor/CBC News
Rozenn Nicolle

Le ministre du Tourisme, de la Culture et du Sport, Michael Tibollo, annonce qu'il acceptait les propositions pour le développement de la Place de l'Ontario. Ce développement se fera « au moyen d'une entente de bail foncier », a-t-il précisé par voie de communiqué.

Le gouvernement invite les promoteurs et les investisseurs privés à présenter des projets selon des critères bien précis, incluant la possibilité d’occuper une partie du site ou le site en entier, de ne pas nécessiter de subventions d’exploitation ou d'investissements de la province pour les phases de planification, la conception ou la construction.

Les projets de méga centre commercial ou de casino, évoqués par Doug Ford du temps où il siégeait au conseil municipal de Toronto, pourraient répondre aux critères imposés.

Notre vision en fera une attraction impressionnante qui pourrait inclure des sites de sport et de divertissement attrayants, des parcs publics ou des magasins, écrit M. Tibollo.

La fin de la Cinésphère?

L’utilisation du site à des fins résidentielles ne sera pas prise en compte, a-t-il été précisé, et la vente de terrain ne sera pas considérée.

Si la scène Budweiser sera épargnée puisque ce terrain est assujetti à un bail existant, la Cinésphère, premier cinéma IMAX au monde qui a rouvert ses portes en novembre 2017, fait partie des secteurs visés par le réaménagement de la Place de l’Ontario.

Image aérienne de la Place de l'Ontario détaillant les différents espaces qui constituent l'endroit.Les caractéristiques du site actuel de la Place de l’Ontario Photo : Ministère ontarien du Tourisme, de la Culture et du Sport

Il en est de même pour le terrain, les îles et les pavillons. Concernant le parc Trillium, il pourrait également être rayé de la carte, tant que les projets proposés pour le remplacer, intégralement ou en partie, incluent une superficie équivalente d’espace vert. Le parc Trillium représente une surface de 7,5 acres.

Inquiétudes dans l’opposition

Pour le député du NPD dont la circonscription comprend la Place de l’Ontario, Chris Glover, cette décision du gouvernement revient à vendre la Place de l’Ontario aux compagnies privées.

Doug Ford n’écoute pas les Ontariens, il écoute les sociétés de capitaux qui veulent transformer la Place de l’Ontario en vache à lait, a-t-il rétorqué dans un courriel.

Photo de Chris Glover sur le bord de la rue au centre-ville de Toronto.Chris Glover est député du NPD de la circonscription Spadina-Fort York, où se trouve la Place de l'Ontario. Photo : Radio-Canada / Sue Goodspeed

Vos affaires conclues en coulisses ne devraient pas déterminer ce qui arrive à nos précieux secteurs riverains, a surenchéri M.Glover, s'adressant au premier ministre.

L'ancien premier ministre Bill Davis, qui était à la tête de la province lors de l'ouverture de la Place de l'Ontario, s'est joint aux nombreuses voix qui s'élèvent déjà pour protester contre les plans du gouvernement. Ce serait une honte et un mauvais service à la population si les gains commerciaux l'emportaient sur l'intérêt public, a-t-il déclaré.

Le collectif Ontario Place For All organisait samedi dernier un événement invitant les Torontois à venir partager leur vision de ce qu’il devrait advenir du célèbre lieu. Dans un communiqué émis peu après l'annonce, le groupe d'activisme a dénoncé la décision de la province, arguant qu'elle promettait de détruire la Place de l'Ontario

Pour sa porte-parole, Suzanne Kavanagh, tout projet de réaménagement devrait d’abord suivre un processus de consultation publique. Une idée qui ne semble pas avoir été retenu gouvernement progressiste-conservateur.

Les inquiétudes concernant l’avenir de la Place de l’Ontario ne sont pas nouvelles. La nomination de James Ginou en décembre dernier à la présidence du conseil d’administration de la Place de l’Ontario avait déjà provoqué une levée de boucliers.

L’homme d’affaires, connu pour sa proximité avec la famille Ford et pour avoir organisé de nombreuses campagnes de financement pour des politiciens, avait alors annoncé que tout était à rebâtir et que tout le serait selon les désirs de Doug Ford.

Pour l’heure, les promoteurs sont appelés à partager leurs idées avant la publication de la déclaration d’intérêt.

Toronto

Politique provinciale