•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La consultation en ligne du Ministère de l'Environnement sur le projet de Gazoduq prend fin

Une carte qui présente un large corridor où pourrait passer un gazoduc de 750 kilomètres de longueur.

Le tracé final n'est pas encore déterminé dans ce corridor de 750 kilomètres de long par 60 kilomètres de largeur.

Photo : Radio-Canada

Lise Millette

La plateforme destinée à recevoir les questions des citoyens désireux de participer à la consultation du Ministère de l'Environnement et Lutte contre les changements climatiques (MELCC) est accessible jusqu'au 18 janvier.

La consultation se résume en fait à trois espaces de commentaires (Nouvelle fenêtre) limités à 1500 caractères destinés à préciser les enjeux à aborder, détailler les préoccupations à l'égard du projet ou encore aux références à exiger à l'initiateur du projet.

Le projet avancé par Gazoduq consiste à implanter un gazoduc de 750 km afin de relier le réseau de gaz naturel de TransCanada PipeLines Limited (TransCanada), situé dans le Nord-est ontarien au futur complexe GNL de Saguenay, au Québec.

Les approvisionnements excédentaires de gaz naturel de l'Ouest canadien transiteraient par ce gazoduc avant d'atteindre les marchés comme l'Asie et l'Europe.

Gaz naturel liquéfié

L'enteprise Veresen, basée à Calgary, veut construire un terminal de gaz naturel liquéfié en Oregon, un projet d'environ 10 milliards de dollars américains.

Photo : La Presse canadienne

La conduite souterraine d'un diamètre extérieur de 42 pouces, en acier, nécessiterait des travaux d'une largeur de 60 mètres environ lors de la construction et une emprise de 30 mètres, permanente, par la suite.

Du côté de Gazoduq, des rencontres de groupe avec différents acteurs présentés comme « acteurs-clés » ont débuté le 14 janvier. Ces rencontres, qui se tiendront en Abitibi, au Saguenay, à La Tuque et à Kirkland Lake se termineront au début du mois de février. Des rencontres d'information et de consultations publiques citoyennes sont annoncées pour la phase trois des consultations.

En Abitibi, la liste des municipalités localisées dans le corridor d'étude du projet Amos, Barraute, La Corne, La Motte, Landrienne, Launay, Preissac, Sainte-Gertrude-Manneville, Saint-Marc-de-Figuery, Saint-Mathieu-d'Harricana, Trécesson, Duparquet, Gallichan, Lac-Duparquet (TNO), Poularies, Rapide-Danseur, Roquemaure, Sainte-Germaine-Boulé, Taschereau, Belcourt, Malartic, Rivière-Héva, Senneterre, Senneterre paroisse, Val-d'Or, Rouyn-Noranda.

En Mauricie, les territoires de La Tuque et du Conseil des Atikamekw de Wemotaci sont concernés alors qu'au Saguenay-Lac-Saint-Jean, les villes de Desbiens, Hébertville, Hébertville-Station, Métabetchouan - Lac-à-la-Croix, Saint-Bruno, Chambord, Lac-Ashuapmushuan (TNO), Lac-Bouchette, Roberval, Saint-André-du-Lac-Saint-Jean, Sainte-Hedwidge, Saint-François-de-Sales, Lac-Ministuk (TNO), Larouche et Saguenay sont concernés.

Consultations citoyennes à venir

Gazoduq ne commente pas la fin de ces consultations du MELCC.

Il s'agit d'un processus qui s'ajoute aux nôtres, a mentionné la conseillère principale aux communications Joëlle Brodie, précisant que des dates en vue des rencontres d'information et des consultations publiques seront dévoilées très prochainement.

Ce printemps des ateliers thématiques techniques sont également prévus au processus de l'entreprise.

Abitibi–Témiscamingue

Ressources naturelles