•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Vers « un plan d'action » pour résoudre la crise de la communauté autochtone de Cat Lake

Une pancarte indiquant le nom et l'emplacement de la Première Nation de Cat Lake
La Première Nation de Cat Lake est située à 600 km au nord de Thunder Bay. Photo: avec la permission de Firstnation.ca

Des agents techniques du ministère des Services aux autochtones du Canada rencontreront, pendant la semaine du 28 janvier, des représentants de la Première Nation de Cat Lake, dans le nord de l'Ontario. La rencontre aura pour but de trouver des solutions aux graves problèmes d'insalubrité auxquels fait face la communauté autochtone.

La Première Nation de Cat Lake, située à environ 600 km au nord de Thunder Bay, a décrété l’état d’urgence mercredi, citant notamment de multiples maladies et morts causées par des conditions de logement profondément inadéquates.

La déclaration émise à cet effet par le chef de la Première Nation, Matthew Keewaykapow, fait entre autres état de moisissures excessives, de problèmes structuraux, de maladies bactériennes et d’infections pulmonaires présentes sur le territoire de la communauté.

Un récent rapport d’inspection recommande la démolition de 87 maisons sur la centaine que compte la communauté, selon le leader autochtone.

Santé Canada et Services autochtones Canada n’ont pas répondu de manière adéquate aux multiples demandes de rencontres du chef et du conseil pour rectifier la situation, peut-on lire dans la déclaration.

La communauté exige des gouvernements fédéral et provincial un plan d'évacuation et d'investissement en soins de santé.

Certaines des demandes de la Première Nation :

  • Élaborer un plan d’investissement et d’évacuation ainsi que tenir des rencontres avec les ministères de la Santé afin de créer des logements sécuritaires, propres et sanitaires;
  • Effectuer les rénovations nécessaires dans les logements pour faire en sorte que la communauté ne souffre plus de maladies liées à l’insalubrité;
  • Établir des logements temporaires le long de la route d’hiver;
  • Fournir aux membres de la Première Nation de Cat Lake une formation en entretien des logements améliorés;
  • Élaborer des plans et un échéancier pour l’amélioration des stations de soins infirmiers afin de les rendre capables de fournir les services essentiels et de traiter les maladies liées aux moisissures de manière adéquate;
  • Réviser « les méthodes discriminatoires et non éthiques » de calcul des besoins de logement qui priorisent les considérations financières au lieu des besoins réels.

Dans un communiqué émis vendredi, le chef de la Nation Nishnawbe Aski, dont fait partie la Première Nation de Cat Lake, réitère le message du chef Keewaykapow.

Il est inacceptable que la population de Cat Lake vive dans des conditions qui seraient intolérables pour le reste de la société, écrit-il.

Nous demandons à tous les paliers de gouvernement de fournir à [la communauté de] Cat Lake les ressources dont elle a besoin pour sortir de cette crise.

Alvin Fiddler, chef de la Nation Nishnawbe Aski

La Première Nation de Cat Lake comprend un peu plus de 500 habitants.

Le gouvernement fédéral promet un suivi

Martine Stevens, porte-parole de Services aux Autochtones Canada, déclare dans un courriel que le Ministère travaille étroitement avec la Première Nation de Cat Lake au sujet des problèmes de logement.

La communauté autocthone reçoit près de 245 000 $ chaque année pour répondre à ses besoins en logement.

Mme Stevens reconnaît tout de même qu'il faut faire plus et mieux. Elle précise aussi que que des agents techniques rencontreront les représentants de la Première Nation au cours de la semaine du 28 janvier pour élaborer un plan d’action.

L'Ontario montre du doigt le fédéral

Dans une déclaration envoyée à Radio-Canada par son porte-parole, le ministre de l'Énergie, du Développement du Nord et des Mines, Greg Rickford, affirme que la sécurité et le bien-être de la communauté de Cat Lake et la déclaration de l'état d'urgence sont de grandes préoccupations pour le gouvernement [de l'Ontario].

Il ajoute toutefois que le logement dans les réserves autochtones est une responsabilité du gouvernement fédéral.

Nous exhortons le gouvernement fédéral à intervenir et à venir immédiatement en aide à la communauté de Cat Lake, écrit le ministre Rickford.

Nord de l'Ontario

Autochtones