•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les villes du Grand Montréal réclament une consigne sur les bouteilles de vin

Une bouteille de verre devant une montagne de déchets recyclables.
Les bouteilles de vin n'ont plus leur place dans les centres de tri, estime la CMM. Photo: Radio-Canada
Jérôme Labbé

La Communauté métropolitaine de Montréal (CMM) s'apprête à demander un élargissement de la consigne sur le verre. Les bouteilles de vin, estiment-elles, n'ont plus leur place dans les centres de tri.

La mesure est dans l'air depuis plusieurs années. Mais l'heure est maintenant venue de bouger, a indiqué vendredi midi Maja Vodanovic, membre de la commission de l'environnement de la CMM, à l'émission Midi info, sur ICI Radio-Canada Première.

« Le verre, une fois qu'il est mélangé dans nos bacs – tout est mélangé, brisé – le verre quand il sort, il est contaminé », a expliqué celle qui est aussi mairesse de l'arrondissement de Lachine, à Montréal. « Alors c'est une nuisance et, à la fin, tout le verre qui nous reste, il finit au dépotoir et on paye pour l'enfouir. Et en ce moment, nos dépotoirs sont presque pleins, ils sont de plus en plus loin, et ça nous coûte de plus en plus cher. »

La solution, selon Mme Vodanovic, serait de récupérer le verre indépendamment des autres matières recyclables. Et de commencer par imposer une consigne sur les bouteilles de vin, qui pourraient être rapportées à la Société des alcools du Québec (SAQ).

Moi, je pense que c'est facile de ramener sa bouteille à la SAQ quand on en achète des nouvelles, comme on le fait pour la bière.

Maja Vodanovic, représentante de la CMM au Conseil national zéro déchet

Or, la SAQ « ne veut vraiment pas s'embarquer là-dedans », constate-t-elle. « Parce que c'est de la gestion, c'est de la manipulation... Ce n'est pas très chic, reprendre des bouteilles. »

Pourtant, les Montréalais seraient assurément au rendez-vous, croit Mme Vodanovic, rappelant que plus de 90 % des bouteilles de bière – consignées depuis des années au Québec – sont actuellement retournées chez les détaillants.

La SAQ réagit

Contactée par Radio-Canada, la SAQ n'a pas voulu accorder d'entrevue sur le sujet vendredi. Elle s'est contentée de mettre de l'avant ses différentes initiatives pour contribuer au recyclage de ses bouteilles, qui « représentent 50 % du verre dans le bac bleu », convient-elle.

Par courriel, la société d'État fait notamment valoir qu'elle contribue financièrement à la collecte sélective, qui permet selon elle « un taux de récupération exceptionnel de ses bouteilles », soit « le plus élevé de tous les contenants et emballages destinés au bac bleu ». Elle ne fournit toutefois aucun chiffre pour soutenir ses prétentions.

La SAQ souligne par ailleurs que certaines initiatives « ont récemment permis de faire passer le taux de recyclage du verre de 14 % [l'un des plus bas au pays] à environ 50 % ».

Or, ce succès relatif n'a été atteint que dans cinq centres de tri dans le cadre d'un projet pilote, souligne le directeur général de la CMM, Massimo Iezzoni. Selon lui, une consigne sur le verre permettrait de faire grimper ce taux à environ 80 %, soit celui de l'Ontario.

La balle dans le camp du gouvernement

Pour convaincre la SAQ d'accepter les bouteilles vides, la CMM se tournera donc vers le gouvernement Legault et la Société québécoise de récupération et de recyclage (Recyc-Québec).

Sa commission sur l'environnement émettra le mois prochain des recommandations destinées à modifier le Plan de gestion des matières résiduelles (PGMR) du Grand Montréal. La nouvelle version de ce plan devrait être transmise à Recyc-Québec pour fin d'analyse « à la fin avril ou au début mai », selon M. Iezzoni, après quoi le nouveau ministre de l'Environnement, Benoit Charette, aura 120 jours pour l'approuver ou la désapprouver.

Mais la question de la consigne du verre ne sera pas le seul enjeu abordé par la commission. Dans le cadre de cet exercice, la CMM souhaite aussi qu'une consigne soit imposée sur tous les contenants de verre et de plastique – peu importe leur contenu – et que les coûts de toutes les consignes soient revus à la hausse.

La CMM représente 82 municipalité du Grand Montréal, où la moitié de la population du Québec est concentrée. L'Épiphanie et Saint-Placide, sur la Rive-Nord, adhèrent aussi à son PGMR.

Recyclage

Environnement