•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le virus informatique des hôpitaux nord-ontariens en 5 questions

Dominic Giroux, PDG d’Horizon Santé-Nord.

Tout devrait être de retour à la normale dans les prochains jours, dit le PDG d’Horizon Santé-Nord.

Photo : Radio-Canada / Didier Pilon

Radio-Canada

Les hôpitaux du Nord-Est de l'Ontario éprouvent des difficultés techniques depuis l'infection de leurs systèmes informatiques, mercredi matin. Le PDG d'Horizon Santé-Nord (HSN), Dominic Giroux, était de passage au Matin du Nord ce vendredi, pour discuter de l'impact de ce virus.


Que s’est-il produit?

Mercredi matin, l’équipe informatique d’HSN a constaté des activités inhabituelles. Le système est contaminé par un virus « zero-day », c’est-à-dire un virus pour lequel aucune protection n’existe actuellement.

Conformément à nos protocoles, l’équipe a décidé de mettre en arrêt tous les systèmes d’HSN, raconte Dominic Giroux.

Toutefois, le virus n’aurait pas attaqué directement le système d’HSN, mais se serait plutôt faufilé à travers le réseau d’un autre hôpital.

Quand on a vu que ça avait le potentiel de se propager, l’équipe a aussi mis en arrêt, par mesure de précaution, tous les systèmes des 21 hôpitaux qui partagent le même dossier électronique médical qu’HSN, explique le PDG.

Comme organisation, on se prépare toujours pour le pire. Cette situation nous a permis de mettre à l’épreuve nos plans de contingence.

Dominic Giroux, PDG d’Horizon Santé-Nord

Quel est l’impact de la contamination?


Le système infecté, « Mosaiq », permet d’offrir les traitements de cancérologie.

Les traitements de chimiothérapie et de radiothérapie de douze centres hospitaliers ont donc été annulés.

Dominic Giroux en studioAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Dominic Giroux a répondu aux questions de Martine Laberge au Matin du Nord, le 18 janvier.

Photo : Radio-Canada / Didier Pilon

Le système de dossier médical électronique Meditech est aussi indisponible depuis mercredi.

Il n’y a pas eu de bris de confidentialité des données des patients.

Dominic Giroux, PDG d’Horizon Santé-Nord

Si le système d’imagerie médicale de dix hôpitaux est hors ligne, il ne va pas pour autant que les services d’imagerie soient suspendus.

Ce dont on parle, c’est le système informatique qui héberge l’imagerie médicale, précise M. Giroux.

Donc, plutôt qu’avoir accès aux images instantanément à travers son ordinateur, le personnel médical doit les récupérer manuellement.

Littéralement, nous avons des employés qui font la navette d’un bout à l’autre de l’hôpital. Ils ajoutent des pas à leur Fitbit.

Dominic Giroux, PDG d’Horizon Santé-Nord

Quel est l’impact sur les patients?

M. Giroux assure que l’impact a été minimeet qu'aucun patient n’a été transféré.

En raison de la réduction d’efficience, l’hôpital a tenté de réduire le nombre d’entrées à l’urgence en encourageant les gens à utiliser d’autres services de santé.

On n’a pas eu l’engorgement qu’on craignait à l’urgence, raconte-t-il.

Cependant, quelques opérations chirurgicales ont été annulées la veille, par mesure de prévention.

Il note toutefois que certains patients du centre de cancérologie se sont déplacés depuis l’extérieur de la ville, sans pour autant pouvoir recevoir leur traitement à leur arrivée.

On a eu quelques cas, souligne-t-il, mais on a fait tous les efforts pour minimiser ces déplacements.


Combien cette situation coûtera-t-elle à l’hôpital?

M. Giroux avoue ne pas savoir quel sera le coût total que devra assumer HSN.

Quand c’est une situation d’urgence, on fait ce qu’il faut.

Dominic Giroux, PDG d’Horizon Santé-Nord

Il précise toutefois que les coûts sont bien documentés afin d’être remboursés par les polices d’assurance.


À quand peut-on s’attendre au retour à la normale?

Selon M. Giroux, il est envisageable que l’hôpital reprenne son train dans les prochains jours.

Notre priorité est de rétablir [le système Mosaiq] au cours de la journée [vendredi], précise-t-il.

Le centre de cancérologie, qui n’est habituellement pas ouvert la fin de semaine, opérera sur des heures prolongées samedi et dimanche, explique-t-il.

L’hôpital espère ainsi reprendre les traitements annulés depuis mercredi.

Nord de l'Ontario

Établissement de santé