•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La tendance est au vapotage chez les jeunes du Nouveau-Brunswick

Des élèves âgés de 15 à 17 ans sont rassemblés malgré le froid pour fumer la cigarette électronique et la cigarette. La fumée opaque cache leurs visages.
Les jeunes fumeurs de l'école Mathieu-Martin de Dieppe se rassemblent dans ce coin pour socialiser lors de leurs pauses. Un enseignant est chargé de les superviser. Photo: Radio-Canada
Marielle Guimond

Les jeunes néo-brunwswickois de 15 à 24 ans sont de plus en plus nombreux à essayer la cigarette électronique. Bien que l'achat des produits de vapotage soit réservé aux personnes majeures, les adolescents réussissent à s'en procurer sans pour autant connaître les impacts néfastes de la pratique sur leur santé.

Selon une enquête réalisée en 2017 par le gouvernement fédéral, environ un jeune Canadien sur quatre âgé de 15 à 19 ans (23 %) avait essayé un produit de vapotage au cours de l'année précédente. Les jeunes Canadiens de 20 à 24 ans seraient 704 000 à l’avoir essayé, soit 29% des jeunes de cette tranche d’âge.

Puisque tout le monde essayait, j'ai essayé.

Une élève de l'école Mathieu-Martin

Selon le directeur par intérim de l'école Mathieu-Martin, Daniel Bourgeois, il s’agit d’une nouvelle tendance préoccupante. Il constate que le nombre de vapoteurs ne fait qu’augmenter depuis quatre ans.

On voit des jeunes se joindre aux fumeurs et ils vapotent pendant les pauses, pendant l’heure du midi aussi. On remarque que ça attire aussi les amis des vapoteurs.

Daniel Bourgeois, directeur par intérim de l'école Mathieu-Martin

Outre l’effet d’entraînement, on attribue la popularité des vapoteuses à une incompréhension de ses effets nocifs. On ne voit pas autant le risque de la cigarette électronique que celui de la cigarette, affirme Éric Landry, élève de la l'école Mathieu-Martin.

Une série de cigarettes électroniques colorées est disposée sur étagère vitrée. Depuis leur mise en marché, les cigarettes électroniques ont évolué. Elles sont plus petites ce qui les rend plus pratiques pour les utilisateurs. Photo : Radio-Canada

La santé des jeunes fumeurs mise à mal

La cigarette électronique, aussi nommée vapoteuse, est un appareil à piles qui permet l'inhalation de vapeurs aromatisées. Elle ne contient pas de tabac, mais de la nicotine. Comme la nicotine crée une accoutumance, les spécialistes de la santé s'inquiètent.

Les jeunes vont se retrouver en salle de classe avec un manque de concentration, avec des maux de tête, peut-être des nausées. Ils vont avoir des besoins de nicotine.

Karelle Guignard, infirmière et coordonnatrice du programme d’abandon de tabac du Réseau de santé Vitalité

Une tendance plus marquée au Nouveau-Brunswick

Cet engouement pour le produit est généralisé dans la province. Selon l'enquête du gouvernement du Canada, l’utilisation de la cigarette électronique au Nouveau-Brunswick est plus élevée que dans les autres provinces canadiennes. Environ 6 % des Néo-Brunswickois auraient vapoté en 2017 alors qu’à l’Île-du-Prince-Édouard, ce taux se chiffrait à 2 %.

L’achat de produits de vapotage est illégal pour les mineurs. L’explosion du nombre de produits disponibles a incité le gouvernement fédéral à encadrer ce nouveau marché en 2015. Les réglementations sur la fabrication, l’étiquetage, la promotion et la vente des produits du tabac sont les mêmes pour le vapotage.

Nouveau-Brunswick

Santé publique