•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Washington pourrait renoncer aux tarifs punitifs pour favoriser un accord avec Pékin

Des travailleurs regardent un cargo s'approcher d'un terminal au port de Qingdao dans le Shandong.
L'idée de supprimer totalement ou partiellement les tarifs douaniers imposés ces derniers mois sur plus de 250 milliards de dollars de biens importés de Chine a été avancée par le secrétaire au Trésor, Steven Mnuchin. Photo: Reuters / China Stringer Network
Agence France-Presse

L'administration de Donald Trump étudie la possibilité de supprimer totalement ou partiellement les tarifs douaniers imposés à la Chine, pour inciter Pékin à faire plus de concessions dans les négociations commerciales en cours entre les deux pays, affirme le Wall Street Journal.

Cette information, sur la base de sources anonymes, a immédiatement fait bondir la bourse avant que les indices ne refluent à nouveau.

Calmer les marchés rendus nerveux par la guerre commerciale entre les deux géants économiques est aussi l'un des buts de l'administration d'un président qui voit dans la performance de la bourse un baromètre de son succès.

L'idée de supprimer totalement ou partiellement les tarifs douaniers imposés ces derniers mois sur plus de 250 milliards de dollars de biens importés de Chine a été avancée par le secrétaire au Trésor, Steven Mnuchin, lors de réunions de réflexion stratégiques afin de faire progresser les discussions commerciales avec la Chine et inciter Pékin à s'engager plus avant sur des réformes de long terme, affirme le quotidien.

Un porte-parole du Trésor a affirmé que ni M. Mnuchin ni M. Lighthizer n'avaient pour l'heure fait de recommandations.

Quant à la chaîne CNBC, elle citait un haut responsable de la Maison-Blanche, également anonyme, affirmant que Donald Trump n'avait aucun intérêt à une telle manœuvre.

Selon le Wall Street Journal, cette idée de M. Mnuchin s'est heurtée à la réticence du représentant américain au Commerce, Robert Lighthizer, qui dirige les négociations et qui craint que ce genre de concessions ne soit interprété par les Chinois comme un signe de faiblesse. Il aurait depuis assoupli quelque peu sa position.

Le négociateur en chef chinois sur les différends commerciaux avec les États-Unis se rendra dans la capitale américaine fin janvier, a annoncé jeudi le ministère chinois du Commerce.

La visite, les 30 et 31 janvier, du vice-premier ministre chinois Liu He, interviendra un mois avant l'expiration, début mars, de l'actuelle trêve dans la guerre commerciale bilatérale.

Si aucun accord n'est survenu à l'issue de cette période de trois mois, décidée début décembre par les présidents chinois Xi Jinping et américain Donald Trump, ce dernier promet d'imposer de nouveaux droits de douane punitifs sur des produits chinois.

Commerce

International