•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Conseils pour mieux s'acclimater au froid

Un homme se déplace lors d'une période de froid extrême.
Un homme se déplace lors d'une période de froid extrême. Photo: La Presse canadienne / Justin Tang

Bien que la journée de vendredi débute sous les nuages et par des températures douces, le mercure va chuter de nouveau dès ce soir, laissant place aux températures ressenties parmi les plus froides jusqu'à maintenant cet hiver. Sur la route ou à la maison, voici quelques conseils pour mieux s'adapter.

« On a un avertissement de froid extrême pour la nuit de vendredi à samedi. On va avoir un virage des vents du nord qui va drainer de l’air vraiment froid de l’Arctique canadien », indique le météorologue d’Environnement Canada, Antoine Petit.

« À Québec, on s’attend à un minimum d’environ -25 degrés. Avec la brise de vent, on pourrait aller chercher un refroidissement éolien de -38. »

La nuit suivante, une bordée d’environ 15 centimètres doit frapper la région de Québec. Puis, au cours des prochains jours, le mercure restera sous les normales de saison, prédit le météorologue.

C’est vraiment parmi les températures ressenties les plus froides jusqu’à maintenant.

Antoine Petit, météorologue pour Environnement Canada

« Des journées douces, il n’y en a pas à court terme. On parle vraiment de températures sous les normales de saison. »

Consommation d’électricité

Par grand froid, Hydro-Québec demande aux Québécois de réduire leur consommation d’électricité durant les périodes de pointe, soit entre 6 h et 9 h, et entre 16 h et 20 h.

« Il faut savoir que le système de chauffage travaille beaucoup plus fort pour conserver la même température, donc ça peut avoir un impact sur la facture », indique le porte-parole Jonathan Côté.

Jeudi matin, la plus grosse pointe de l'hiver a été atteinte avec 35 980 mégawatts, entre 8 h et 9 h. « La pointe la plus élevée de tous les temps chez Hydro-Québec, c'était 39 240. Donc, on a encore de la marge », précise-t-il.

Comment éviter de congestionner le réseau?

  • Réduire le chauffage de 1 °C ou 2 °C, surtout dans les pièces inoccupées
  • Reporter l’utilisation des gros électroménagers comme la sécheuse et le lave-vaisselle
  • Diminuer d’une minute la durée des douches
  • Limiter l’utilisation de l’eau chaude dans la mesure du possible

Voitures à essence

Gros plan d'une main qui actionne la poignée d'un pistolet à essence pour remplir le réservoir d'une voiture.Durant une période de grand froid, il est recommandé de ne pas laisser le réservoir d’essence presque vide. Photo : Radio-Canada/Simon-Marc Charron

Quand le mercure est égal ou inférieur à -20 degrés Celsius, les demandes de recharge de batterie sont en hausse chez CAA-Québec.

« Quand il fait très froid, la batterie a moins de puissance, le véhicule a besoin de plus de puissance pour démarrer », explique le porte-parole Pierre-Olivier Fortin.

Pour éviter les mauvaises surprises, une tentative de démarrage ne devrait pas durer plus de huit à dix secondes.

CAA-Québec recommande de laisser passer environ 30 secondes avant de recommencer et de laisser l’accélérateur enfoncé jusqu'au plancher. Après quatre tentatives, il vaut mieux avoir recours au dépannage.

Voici quelques conseils :

  • Utiliser un chauffe-moteur
  • Utiliser de l’huile synthétique
  • Ne pas laisser le réservoir d’essence presque vide

Voitures électriques

Il est conseillé de charger complètement la batterie avant de prendre la route, mais contrairement aux voitures à essence, le moteur démarrera, soutient le porte-parole Pierre-Olivier Fortin. Il recommande tout de même de laisser la batterie branchée.

« Certains véhicules ont des mécanismes qui font en sorte que le moteur va quand même se garder au chaud même lorsque la voiture va être éteinte, donc ça va consommer de l’énergie et aussi la batterie », souligne-t-il

Couvrez-vous!

Selon l’échelle créée par Environnement Canada, la prudence est de mise pour tous ceux qui s’adonneront à des sports d’hiver.

« Lorsque le refroidissement éolien atteint -28, on parle d’un risque d’engelure. Il faut vraiment bien se couvrir », souligne le météorologue Antoine Petit.

Québec

Environnement