•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Trois ans après la fusillade, l’école de La Loche fait peau neuve

Un bâtiment bleu avec l'indication Dene High School et son équivalent en une langue autochtone, lors d'une journée ensoleillée.

Longtemps appelé École communautaire de La Loche, l’établissement scolaire a été rénové et rebaptisé École secondaire Dénée.

Photo : Radio-Canada / Omayra Issa

Omayra Issa

L’école secondaire de La Loche, dans le nord de la Saskatchewan, qui a été le théâtre d’une fusillade meurtrière en janvier 2016, fait peau neuve dans l'espoir de panser les blessures de la communauté, à l’approche du troisième anniversaire de la tragédie.

« C’était traumatisant pour les élèves de voir les marques de balles dans les murs pendant toutes ces années », a confié le maire de La Loche, Robert St-Pierre. Il s'est dit soulagé de voir enfin le résultat de ces rénovations, après trois ans d'attente.

Le 22 janvier 2016, un adolescent a abattu, dans une maison, deux frères, Dayne et Drayden Fontaine, âgés de 13 et de 17 ans. Il s'est ensuite rendu à l'École secondaire de La Loche, où il a tué une aide-enseignante de 21 ans, Marie Janvier, et un enseignant de 35 ans, Adam Wood, en plus de blesser sept autres personnes. En mai, il a écopé de la prison à vie, avec possibilité de libération conditionnelle après 10 ans.

Longtemps appelé École communautaire de La Loche, l’établissement scolaire a été rénové et rebaptisé École secondaire Dénée. Il dispose désormais d'une nouvelle entrée, d'un centre de bien-être et de deux toilettes unisexes.

C’est une nouvelle étape dans notre guérison.

Robert St-Pierre, maire de La Loche

La communauté espère ainsi effacer les signes physiques de la fusillade qui l’a ébranlée et a secoué le pays.

Robert St-Pierre est assis à un bureau.

« C’était traumatisant pour les élèves de voir les marques de balles dans les murs pendant toutes ces années », a confié le maire de La Loche, Robert St-Pierre.

Photo : Radio-Canada / Bridget Yard/CBC News

Les travaux, qui ont débuté en 2016, ont entièrement été financés par le gouvernement de la Saskatchewan au coût de 4,45 millions de dollars.

« Le gouvernement espère que les rénovations achevées de l'École secondaire Dénée à La Loche permettront aux élèves, aux enseignants et à la communauté de se réunir et de se tourner vers l'avenir », indique une porte-parole du bureau du premier ministre, Scott Moe, dans un message envoyé à Radio-Canada.

Cérémonie officielle

Une cérémonie officielle aura lieu vendredi à partir de 13 h 30 devant un parterre de représentants des gouvernements fédéral et provincial, ainsi que du village. Le maire Robert St-Pierre s'attend à une cérémonie remplie d'émotion.

Une plaque sera dévoilée et des prières traditionnelles auront lieu durant la cérémonie, et des élèves seront également invités à prendre la parole.

Par ailleurs, la division scolaire Northern Lights et l’Autorité de santé de la Saskatchewan devraient signer un protocole d’entente dans le but de continuer leurs « efforts pour améliorer la santé des membres de la communauté ».

Les organisateurs invitent ceux qui assisteront à la cérémonie à porter du mauve.

Une communauté encore dans le besoin

Le maire de La Loche ajoute que le village a des besoins criants en services sociaux, notamment en matière de logement et de santé. Il exhorte d'ailleurs la province et Ottawa à investir dans ces domaines.

La tragédie de La Loche avait secoué le pays en 2016. Au lendemain de la fusillade, de nombreux politiciens, dont l’ancien premier ministre de la Saskatchewan, Brad Wall, et le premier ministre canadien, Justin Trudeau, se sont rendus dans la petite communauté.

La Loche, située à 606 kilomètres au nord-ouest de Prince Albert, compte environ 3000 habitants, dont la plupart sont membres de la Première Nation Dene Clearwater River.

Avec des informations de Gabrielle Proulx

Saskatchewan

Autochtones