•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Husky retire son offre d'achat pour MEG Energy

Une pompe à essence apparaît en contre-jour.

L'acquisition de MEG Energy, dont la valeur est estimée à 2,5 milliards de dollars, par le géant pétrolier Husky n'aura finalement pas lieu, cette dernière ayant retiré son offre d'achat hostile.

Photo : Getty Images / Jeff J Mitchell

Radio-Canada

Le géant pétrolier Husky Energy a surpris les analystes, jeudi, en retirant l'offre d'achat hostile qu'elle avait tendue à MEG, évoquant « plusieurs surprises négatives » survenues sur le marché du pétrole pour justifier sa décision.

L'annonce a précipité la chute boursière de MEG, dont le titre a baissé de 40 % au cours de la journée, plongeant jusqu'à 5,11 $ par action, alors qu'elle avait clôturé la journée, mercredi, à 8,54 $.

Le manque d'enthousiasme des administrateurs et des actionnaires de MEG quant à la transaction a provoqué la décision de Husky, indique cette dernière dans un communiqué.

Des facteurs négatifs sur les marchés ont également eu raison de l'acquisition, précise l'entreprise.

Celle-ci mentionne notamment l'abandon, par la province, des « principes qui régissent le libre-marché », jumelé à « la stagnation des dossiers concernant les oléoducs ».

Le gouvernement de Rachel Notley a imposé le plafonnement de la production pétrolière dans la province, dans le but de rehausser le prix du baril de pétrole canadien. Une décision applaudie par l'opposition.

Les deux entreprises engagées dans la transaction sont toutes deux à Calgary.

L'acquisition de MEG par Husky aurait créé une entité pétrolière capable de produire 410 000 barils de brut par jour. Elle aurait également augmenté la capacité de raffinage de l'une et de l'autre, ce qui aurait rendu la nouvelle entreprise plus résistante aux aléas qui marquent le marché pétrolier canadien.

Alberta

Industrie pétrolière