•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La candidate à l'élection partielle de Burnaby-Sud Karen Wang renonce à se désister

Une femme avec un macaron du parti libéral, qui parle devant des micros, des journalistes et des caméras en arrière-plan.
Karen Wang arborait toujours un macaron du Parti libéral du Canada jeudi après-midi, même si le parti a rejeté sa candidature Photo: Radio-Canada

La candidate à l'élection fédérale partielle dans la circonscription de Burnaby-Sud, Karen Wang, décide finalement de ne pas se désister, un jour après sa démission dans la foulée d'une controverse soulevée par des propos qu'elle a tenus en chinois sur le réseau social WeChat.

Accompagnée de sa mère en pleurs et de sa soeur et arborant un macaron du Parti libéral du Canada (PLC), qui a pourtant rejeté sa candidature, elle s’est présentée près de la bibliothèque publique de Metrotown, à Burnaby, à 13h jeudi.

À son arrivée, la bibliothécaire en chef lui a dit que les règles de l’établissement interdisent la tenue d'événements politiques. Karen Wang a dû déplacer son point de presse dans un stationnement adjacent.

« Je ne suis pas raciste », a-t-elle précisé d’entrée de jeu. Elle affirme que c’est un bénévole de son équipe, pas elle-même, qui a publié le message sur WeChat, ajoutant qu’il a été « mal interprété ».

Miser sur son origine

Le StarMetro Vancouver a publié mercredi un article indiquant que Karen Wang avait écrit sur le réseau social WeChat qu’elle était la « seule » candidate chinoise dans la circonscription, contrairement à M. Singh, dont elle mettait en évidence l'« origine indienne ».

Cela a mené à sa démission, mais Karen Wang espère toujours que le PLC l’accepte de nouveau dans ses rangs.

Le parti ferme toutefois la porte à son retour dans la course sous les couleurs libérales : « comme il a été mentionné hier, les récents commentaires publiés en ligne par Karen Wang ne sont pas conformes aux valeurs du parti ».

« Je vais considérer l’option d’une candidature indépendante », a-t-elle dit aux journalistes jeudi après-midi.

L'élection partielle aura lieu le 25 février.

Colombie-Britannique et Yukon

Politique fédérale