•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une séance de hockey sonore avec les 67 d'Ottawa

Marco Rossi dépose une rondelle géante sur une patinoire pour des enfants aveugles qui jouent au hockey sonore
L'attaquant des 67, Marco Rossi, s'amuse avec des enfants lors d'une activité de hockey sonore Photo: Radio-Canada / Jonathan Jobin
Jonathan Jobin

Les 67 d'Ottawa ont participé à une séance d'entraînement spéciale jeudi matin. Ils ont reçu des élèves de deux conseils scolaires d'Ottawa qui vivent avec un handicap visuel.

Les jeunes ont eu la chance de découvrir le hockey sonore, un sport fait sur mesure pour les aveugles.

Ce sport utilise une plus petite surface de jeu et une plus grosse rondelle. Cette dernière est remplie de billes de métal qui font du bruit et permettent aux joueurs de la suivre sur la glace.

Un joueur de l'équipe nationale de hockey sonore, Mark Demontis, était notamment avec eux pour leur offrir des conseils.

« C'est vraiment une activité spéciale pour eux. Ils sont souvent les seuls de leur classe avec un handicap visuel. Les jeunes ont souvent de la difficulté à interagir avec d'autres enfants », remarque Demontis qui est atteint de la neuropathie optique de Leber, qui lui a fait perdre une partie de sa vue.

Un joueur de hockey et un enfant aveugle patinent ensemble. Derrière eux, d'autres jeunes patinent et jouent au hockeyL'attaquant des 67, Mitchell Hoelscher, patine avec un jeune enfant qui a un handicap visuel Photo : Radio-Canada / Jonathan Jobin

Au menu de la séance de hockey sonore : des conseils sur le patinage et de petits matchs avec cette fameuse grosse rondelle bruyante. Un entraînement apprécié des jeunes joueurs et de leurs parents qui les accompagnaient.

« Elle se sent comme tous les autres [sur la glace] », souligne Jean-Marc Boulerice, en compagnie de sa jeune fille Isabelle.

Elle apprend à patiner. Elle tombe comme les autres, mais elle s'améliore beaucoup aussi. Elle peut patiner et elle avait hâte de voir la puck qui fait du bruit pour l'essayer.

Jean-Marc Boulerice, père de la petite Isabelle

La jeune Isabelle, nullement ennuyée par son handicap visuel, filait aisément sur la glace, malgré son jeune âge. « J'aime faire des courses avec Papa », dit-elle.

Une jeune fille aveugle est sur le banc des joueurs des 67 en compagnie d'un joueurLa petite Isabelle Boulerice, en compagnie de son père Jean-Marc et du défenseur des 67, Merrick Rippon Photo : Radio-Canada

Les joueurs des 67 qui ont participé à l'événement étaient heureux d'accompagner les jeunes. « Je pense que c'est aussi amusant pour nous que pour eux. C'est une chance d'être sur notre patinoire et de pouvoir échanger des rondelles avec eux. On leur a donné nos bâtons et ils se sentent comme des enfants normaux qui aiment le hockey. Ils s'amusent beaucoup », raconte l'attaquant Samuel Bitten.

Pour ces enfants, l'activité est effectivement une façon d'oublier les obstacles du quotidien. Quand ils sont sur la glace, ils sont comme tous les jeunes Canadiens, des amoureux du hockey.

« Mon fils Patrick était très excité! Il n'a pas pu s'endormir hier soir. Il était tellement heureux de patiner avec les joueurs », mentionne Bob McCormick, un père qui souffre lui aussi d'un handicap visuel.

Le hockey sonore est un sport qui compte de plus en plus d'adeptes. Avec ce type d'activité, Hockey Sonore Canada espère intéresser un plus grand nombre de jeunes à la pratique de la discipline.

« Le hockey sonore est vraiment un catalyseur pour changer la vie des jeunes. Que vous ayez la vue ou non, le hockey est notre grand sport au Canada et tout le monde mérite la chance de jouer », conclut Mark Demontis.

Ottawa-Gatineau

Hockey