•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Immigration : des failles en matière de sécurité inquiètent les conservateurs qui demandent une étude

Michelle Rempel, députée conservatrice de Calgary Nose Hill
Michelle Rempel, la députée conservatrice de Calgary Nose Hill, demande au Comité permanent de la citoyenneté et de l’immigration, ainsi qu’au Comité permanent de la sécurité publique et nationale, d’entreprendre immédiatement une étude pour trouver des moyens de renforcer le processus de filtrage de sécurité. Photo: La Presse canadienne / Justin Tang
Radio-Canada

Le Parti conservateur du Canada (PCC) demande au gouvernement fédéral d'examiner le processus de sélection des immigrants canadiens à la suite de deux enquêtes de CBC ayant révélé des failles en matière de sécurité.

« Récemment, un certain nombre d'incidents préoccupants ont révélé des lacunes évidentes dans le système de filtrage de sécurité qui vient à appuyer le programme d'immigration », affirme la députée conservatrice de Calgary Nose Hill, Michelle Rempel, porte-parole de l'opposition officielle en matière d'immigration, de réfugiés et de citoyenneté.

« Je demande au Comité permanent de la citoyenneté et de l’immigration, ainsi qu’au Comité permanent de la sécurité publique et nationale, d’entreprendre immédiatement une étude pour trouver des moyens de renforcer notre processus de filtrage de sécurité », ajoute la députée.

Mercredi, le gouvernement fédéral a répondu à des questions de l'opposition, qui voulait savoir comment une personne reconnue comme représentant « un problème de sécurité nationale » avait pu obtenir la résidence permanente « à la suite de défaillances » de la part de l'Agence des services frontaliers du Canada (ASFC) et du ministère de l'Immigration, à la fin de 2017.

Qualifiant de « totalement inacceptable » cette « série d'incidents », le ministre responsable de l’ASFC, Ralph Goodale, a répondu : « Des mesures internes ont été prises pour corriger ce problème et faire en sorte que cela ne se reproduise plus. »

Un criminel de carrière

Selon des documents obtenus par CBC Edmonton, Abdullahi Hashi Farah, un immigrant d’origine somalienne, faisait face à un mandat d'arrêt aux États-Unis et risquait d'être expulsé lorsqu'il est entré illégalement au Canada, à Emerson, au Manitoba, à la fin du mois d'octobre 2017.

L’ASFC voulait le maintenir en détention quelques jours de plus, le temps d'obtenir des États-Unis son casier judiciaire complet, mais un agent de la Commission de l’immigration et du statut de réfugié du Canada (CISR), impressionné par l’honnêteté de l'homme, a ordonné sa libération.

Six jours plus tard, Abdullahi Hashi Farah a violé ses conditions de libération et a de nouveau été arrêté.

Le même jour, les agents de l'ASFC ont obtenu l'accès à son téléphone cellulaire. Ils y ont trouvé des photos et des vidéos récentes le montrant manipulant des armes à feu chargées, consommant de la cocaïne et lançant des billets de banque dans les airs.

Les autorités ont aussi vu ce qui pourrait être une carte de crédit volée.

L'ASFC a refusé d'expliquer pourquoi la preuve trouvée sur le téléphone cellulaire du Somalien n'avait pas été fournie immédiatement à la CISR.

Manitoba

Politique fédérale