•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le « prince du pot » se défend face à des allégations d’inconduite sexuelle

Marc Emery sourit, des gens indistincts sont en arrière-plan.
Marc Emery dément sur Facebook contre des allégations d'inconduite sexuelle. Photo: Radio-Canada

Le Vancouvérois Marc Emery, surnommé « le prince du pot », se défend sur Facebook au sujet d'allégations d'inconduite sexuelle.

Dans une déclaration, il répond à certaines allégations portées contre lui sur les réseaux sociaux.

Il s’excuse en reconnaissant qu’il a commis des erreurs, mais soutient n’avoir jamais commis d'agression sexuelle.

Il reconnaît avoir eu des relations sexuelles avec trois personnes qui travaillaient dans ses magasins Cannabis Culture au cours des années, dont deux qu’il a par la suite épousées. Il assure que les personnes étaient toutes majeures.

Marc Emery a publié sa déclaration après qu’une journaliste ontarienne, Deirdre Olsen, eut allégué qu'il avait agi de manière inappropriée avec elle dans un de ses magasins en 2008 alors qu’elle avait 17 ans. Sa publication sur Twitter a déclenché une controverse et de nombreuses réactions.

Mme Olsen, qui est native de Ladner, en Colombie-Britannique, raconte que Marc Emery l’aurait invitée à fumer du cannabis, assise sur ses genoux, à l’aide d’une pipe à eau géante de forme phallique et qu’il aurait tenu des propos explicites. Elle ajoute qu’elle était en admiration devant Marc Emery, mais que sa mère l’avait découragée d’accepter un emploi au magasin.

Marc Emery reconnaît qu’il avait de cinq à huit amis âgés de 17 ans avec lesquels il a fumé de la marijuana en 2014 et en 2015 après être sorti de prison.

Radio-Canada/CBC n’a pas mené d’enquête approfondie au sujet des allégations de Deirdre Olsen sur les réseaux sociaux. Marc Emery n’a quant à lui pas répondu aux demandes d’entrevue de CBC jeudi.

D’après des informations d’Yvette Brend, CBC News

Colombie-Britannique et Yukon

Faits divers