•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le recours à la force peu fréquent, selon la Police de Thunder Bay

Rino Belcamino

Rino Belcamino est le commandant tactique et l’instructeur en chef en matière de recours à la force au SPTB.

Photo :  CBC / Cathy Ale

Radio-Canada

Les agents du Service de Police de Thunder Bay (SPTB) auraient eu recours à la force dans 0,002 % de leurs interactions avec la population en 2018, dévoile un rapport déposé à la Commission des services policiers.

Les policiers de Thunder Bay sont tenus de signaler lorsqu’ils utilisent leurs armes à feu ou à impulsions, ou lorsqu’ils causent des blessures physiques.

Lors des 51 411 interactions policières compilées dans le rapport, les agents ont déclaré avoir eu recours à la force que 110 fois.

La « communication tactique », qui consiste à prévenir, désamorcer ou mettre fin à un conflit verbalement – est le premier recours le plus utilisé, dit l’instructeur en chef du SPTB, Rino Belcamino.

On remarque toutefois que les individus ne se conforment [aux demandes verbales] qu’environ 40 % [46] du temps, ajoute-t-il. Les agents doivent donc avoir recours à d’autres outils dans leur boîte.

Le cas de l’adolescente garrottée

En décembre 2018, une vidéo d’une interaction entre une policière du SPTB et une jeune Autochtone est devenue virale sur les médias sociaux.

On y voit la policière qui semble frapper la tête d’une adolescente autochtone alors qu’elle est garrottée à une civière.

Le SPTB ne peut toutefois pas confirmer si l’incident fait partie des 110 recours à la force enregistrés en 2018.

Le SPTB souligne que l’enquête est toujours en cours et que l’agente est toujours en congé.

Les armes à feu contre la faune

Les agents de police de Thunder Bay ont eu recours à leur arme de poing 14 fois l’an dernier.

Toutefois, ces armes n’ont été utilisées que contre des animaux grièvement blessés ou agressifs.

Il n’y a eu aucun coup de feu dans nos interactions avec des êtres humains, relate M. Belcamino.

Nord de l'Ontario

Forces de l'ordre