•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Modification du code électoral de Uashat-Maliotenam : deux propositions retenues

affiche du conseil de bande de Uashat-Maliotenam.

Conseil de bande de Uashat-Maliotenam

Photo : Radio-Canada

Laurence Royer

Le comité de réforme du code électoral de Uashat-Maliotenam a présenté à la population, mercredi soir, les propositions de modification qui ont été retenues après une première consultation publique.

Des 14 propositions élaborées par le comité, seulement deux ont obtenu les 100 signatures nécessaires pour leur adoption.

La première proposition retenue est de réduire le nombre de conseillers de 9 à 6, notamment pour améliorer la représentativité de Uashat et de Maliotenam.

Après la première consultation publique, la population a aussi choisi de conserver la proposition d’exiger que les candidats aux postes de conseiller et de chef parlent et comprennent la langue innue.

Les membres de la communauté qui souhaitent s’opposer à l’adoption de ces deux modifications au code électoral pourront encore le faire lors de trois journées de consultations publiques qui auront lieu du 22 au 24 janvier.

Si les propositions obtiennent individuellement plus de 100 signatures pour refuser leur adoption, elles seront abandonnées.

Le carnet porte le logo du conseil sur fond vert. Il est à la fois en français et en innu.

Ce carnet comprend les résultats du sondage et les propositions de modifications au code électoral.

Photo : Radio-Canada / François Robert

Propositions abandonnées

À la lumière des résultats d’un sondage sur la modification du code électoral mené dans la communauté, le comité avait aussi proposé que tous les citoyens de Uashat-Maliotenam, qu’ils résident ou non sur le territoire de la communauté, puissent voter aux élections.

Le comité suggérait qu’il ne soit pas nécessaire non plus d’habiter sur le territoire de la communauté pour devenir candidat aux élections, à condition d’y avoir habité au moins cinq ans.

Il avait aussi proposé d'aménager des bureaux de vote itinérant à Chicoutimi, Québec et Montréal ainsi que sur les chantiers de construction de la région pour permettre à un maximum de travailleurs de voter.

Toutefois, ces propositions, ainsi que plusieurs autres, ont été laissées de côté parce qu’elles n’ont pas obtenu l’appui d’un nombre suffisant de membres de la communauté.

Le code électoral de Uashat-Maliotenam, qui date de 1992, n'a pas subi de modifications depuis son adoption et a été contesté lors des dernières élections.

Avec les informations de Laurence Royer

Côte-Nord

Autochtones