•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une famille canadienne arrêtée lors d'une escale à Pékin

Un policier patrouille à l'aéroport de Pékin.
Un policier patrouille à l'aéroport de Pékin. Photo: Reuters / Jason Lee

Une Canadienne qui se rendait en Chine avec sa famille pour y visiter son père en prison, a été arrêtée et intimidée mercredi dernier par les autorités chinoises lors d'une escale à Pékin, selon le quotidien The Globe and Mail.

Ti-Anna Wang, qui voyageait en compagnie de son bébé de 11 mois et de son époux avait quitté Séoul à bord d’un avion à destination de Toronto.

Selon le récit que Mme Wang a livré au quotidien The Globe and Mail, ils ont tous trois été arrêtés par six policiers chinois qui sont montés à bord de l’avion qui faisait escale à l’aéroport de Pékin.

Séparée de son époux, Mme Wang a ensuite été détenue et interrogée en compagnie de son enfant pendant au moins deux heures avant d’être libérée, tout comme son époux. Selon le récit de Mme Wang, le but de la manœuvre était simplement de l’intimider, les policiers s’étant montrés « inutilement cruels », selon elle, en l’empêchant notamment de changer sa fille dont la couche était souillée.

Renvoyée en Corée du Sud

Après l'avoir empêchée de contacter l’ambassade canadienne, les autorités chinoises ont précisé à Ti-Anna Wang qu’elle n’était pas autorisée à rentrer au Canada à partir de la Chine, avant d’être renvoyée en Corée du Sud par le premier vol disponible.

Lorsqu’elle a été arrêtée, Ti-Anna Wang rentrait au Canada après avoir été empêchée d’entrer en Chine avec sa famille, où elle comptait présenter sa fille à son père qui y est emprisonné depuis une dizaine d’années.

Opposant au régime chinois et militant prodémocratie, Wang Bingzhang a été enlevé au Vietnam en 2002 par des agents chinois. Il purge depuis une condamnation à la prison à vie pour espionnage et terrorisme, selon le groupe Human Rights in China.

Même si elle était détentrice de visas valides, Ti-Anna Wang s’était vu refuser l’entrée en Chine par les autorités frontalières il y a une semaine. Déçue, elle avait rebroussé chemin et s’était rendue en Corée du Sud, d’où elle a pris un vol pour rentrer au Canada. C’est à bord de ce vol qu’elle et sa famille ont été arrêtées.

Diplomatie des otages

Cette arrestation d’une famille canadienne à bord d’un avion en sol chinois survient dans un moment de tension exacerbé entre la Chine et le Canada.

Selon l’avocat de Ti-Anna Wang, Me Irwin Cotler, ancien ministre de la Justice du Canada, il ne fait aucun doute qu’il s’agit ici de la « diplomatie des otages » que mène Pékin depuis l’arrestation en décembre dernier, à Vancouver, de la directrice financière du géant chinois des communications cellulaires Huawei, Meng Wanzhou.

Depuis l’arrestation de Meng Wanzhou, le gouvernement chinois a fait arrêter sur son territoire l’ex-diplomate canadien Michael Kovrig et l’homme d’affaires Michael Spavor qu’il accuse d’espionnage.

Le 14 janvier dernier, la justice chinoise a également condamné à mort le Canadien Robert Lloyd Schellenberg alors qu’il faisait appel d’une condamnation à 15 ans de prison pour trafic de drogue qui lui avait été infligée par un juge de première instance le 20 novembre dernier à Dalian, dans le nord de la Chine.

Avec les informations de The Globe and Mail, et Toronto Star

Asie

International