•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La pièce Overlap bientôt présentée à Moncton

Un comédien parle sur scène tandis que les quatre autres l'écoutent assis à des tables dans un décors de bar

Les artistes de la production Overlap font des répétitions ces jours-ci en vue de la présentation de la pièce à la fin du mois.

Photo : Radio-Canada / Guy R. LeBlanc

Radio-Canada

La compagnie acadienne Satellite Théâtre se prépare à présenter à Moncton, au Nouveau-Brunswick, sa nouvelle production intitulée Overlap.

Le texte de Céleste Godin se veut pertinent et actuel en abordant les préoccupations de sa génération.

On savait que le public serait ici. Alors je me suis dit, tant qu’à parler aux gens d’ici, pourquoi ne pas parler des gens d’ici, comment ils sont. Je pense que j’ai voulu mettre un peu un miroir sur le public, souligne Céleste Godin.

Céleste Godin et Marc-André Charron en entrevue

Céleste Godin signe le texte de la pièce « Overlap », et Marc-André Charron la mise en scène.

Photo : Radio-Canada

Le public pourra voir en action les comédiens Stacy Arseneault, Ludger Beaulieu, Florence Brunet, Xavier Gould, et Sébastien Leclerc. La mise en scène est de Marc-André Charron.

Ça met en vie un théâtre de notre cité, le théâtre de Moncton qui parle de Moncton. Un Moncton d’un certain âge avec un certain regard, bien sûr, mais cette dynamique-là qui est très chez nous avec une langue de chez nous. On présente un show en chiac, mais c’est joué comme un choeur tragique. C’est de prendre cette langue-là et de l’élever à des dimensions d’un théâtre classique, indique Marc-André Charron.

La pièce est décrite comme étant à la fois une lettre d'amour à cette ville et une critique sans complaisance de cette dernière.

C’est l’envie d’aimer et de brasser la cage à la ville où on habite.

Marc-André Charron, metteur en scène

Quand j’écris les choses qui m’arrivent, les choses qui me chicotent, c’est dans l’intention que ce soit pertinent pour quelqu’un d’autre que moi-même. Ce qui est dans mon journal intime y reste. Les choses que je sais que je vis, je suis capable de les exprimer par la parole. Ce sont des choses que je pense que d’autres gens vivent et qu’ils n’utilisent pas forcément la parole pour l’expliquer. C’est de le voir se transformer à multiples voix par des acteurs aux multiples accents, ajoute Céleste Godin.

Les représentations ont lieu dans la salle Bernard-LeBlanc du Centre culturel Aberdeen les 24, 25 et 31 janvier, ainsi que les 1er et 2 février.

D’après un reportage de Jimena Vergara

Nouveau-Brunswick

Théâtre