•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La police d'Ottawa est toujours à la recherche de passagers de l'autobus impliqué dans l'accident mortel

Les premiers répondants travaillent sur la scène d'un accident impliquant un autobus à deux niveaux qui a heurté un abribus à Ottawa. La presse canadienne.

Les premiers répondants ont été en mesure de secourir des gens qui étaient pris au deuxième niveau de l'autobus.

Photo : La Presse canadienne / Justin Tang

Radio-Canada

Le chef Charles Bordeleau, du Service de police d'Ottawa, demande à tous ceux qui se trouvaient dans l'autobus à deux étages qui a heurté un abribus à la station Westboro vendredi de communiquer avec eux s'ils ne l'ont pas déjà fait.

Nous avons environ 80 % des passagers de l'autobus qui nous ont contactés. Nous sommes en train de faire des entrevues, a déclaré M. Bordeleau mercredi en faisant le point sur l'enquête.

Nous vous demandons, encore une fois, si vous étiez dans l'autobus et que vous n'avez pas communiqué avec le Service de police d'Ottawa, de communiquer avec nous pour obtenir votre version des faits, ce que vous avez vu, entendu, a-t-il ajouté.

OC Transpo a indiqué qu'il y avait jusqu'à 90 personnes qui prenaient place dans l’autobus lors de la collision.

Le chef de police devant un micro, lors de sa conférence de presse.

Le chef de police d'Ottawa, Charles Bordeleau, a annoncé que le Bureau de la sécurité des transports (BST) aidera la police d'Ottawa dans son enquête sur la collision d'autobus qui a fait trois morts et 23 blessés.

Photo : Radio-Canada

M. Bordeleau a précisé que la nature de l'incident a compliqué la cueillette d’information.

Ce n'est pas un avion, donc il n'y a pas de listes des passagers et des individus qui ont été emmenés à l'hôpital, certains d'entre eux ont pu rentrer à pied. C'est une scène très chaotique qui se produit quand on a des pertes massives comme ça, a mentionné M. Bordeleau.

Certains ne voudront peut-être pas se manifester

Selon Curtis Farrell, professeur aux programmes paramédicaux du Collège Algonquin à Ottawa, le contrôle du périmètre de la scène est l'une des principales responsabilités des premiers intervenants en cas d'incident majeur.

C'est le plus grand défi à relever lorsqu'il s'agit de faire face à des événements de grande ampleur, il y a toujours une possibilité pour des personnes moins blessées de quitter les lieux, a expliqué M. Farrel.

M. Farrell, qui a travaillé comme ambulancier pendant 24 ans, a ajouté que l'accent est mis sur l'aide aux personnes qui sont le plus en danger, ainsi qu'aux personnes les plus gravement blessées.

L'autre défi, c'est de convaincre les gens qui ont été témoins et qui n’ont pas envie de revisiter leurs souvenirs, a-t-il mentionné.

Pourquoi les gens ne voudraient-ils pas se manifester? C'est l'événement le plus horrible auquel quelqu'un puisse être mêlé, a dit M. Farrell.

Cependant, même si leurs histoires ne divergent pas des preuves que la police a recueillies jusqu'à présent, cela aidera les enquêteurs à faire une meilleure évaluation, a-t-il soutenu.

Ottawa-Gatineau

Accident de la route