•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La Malbaie : patients refusés aux prélèvements, le CHU se défend

Une prise de sang.

Une prise de sang.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Le conseiller municipal de La Malbaie, Jacques Tremblay, dénonce ce qu'il appelle un quota de prises de sang imposé aux patients de l'Hôpital de la Malbaie. Le CHU de Québec, qui administre le centre de prélèvements, assure toutefois qu'il s'agit d'une « fausse impression ».

« La semaine dernière, sans préavis, des patients se sont présentés et le 65e patient, on lui a dit : on ne fait plus de prélèvements. On a un quota de 65 patients à appliquer, alors vous reviendrez », raconte M. Tremblay, qui a déjà été directeur général de l’hôpital.

Selon lui, il s’agit d’une situation inacceptable, étant donné le vieillissement de la population et la couverture de l’Hôpital de La Malbaie.

Des résidents qui habitent à des kilomètres de l’établissement, à Baie-Saint-Catherine par exemple, doivent faire près d’une heure de route pour obtenir une prise de sang.

« C’est une situation qui est extrêmement difficile à vivre en région », souligne-t-il.

C’est inacceptable d’avoir des quotas dans les services de santé et les services sociaux. Ce n’est pas une usine, c’est un hôpital.

Jacques Tremblay, conseiller municipal du centre-ville de La Malbaie

Le CHU de Québec se défend

Le CHU de Québec assure qu'il n'y a pas de quota à l'hôpital de La Malbaie. Le problème relaté par M. Tremblay aurait plutôt été créé par un changement d'horaire. Un employé qui travaillait de jour a été transféré de nuit dans les dernières semaines.

« Le retour des Fêtes et la tempête ont probablement faussé les données, explique la porte-parole du CHU, Geneviève Dupuis. On veut s'assurer de bien analyser nos besoins. Par la suite, on va revenir avec une proposition qui va répondre aux besoins. Selon nos projections, on pourrait même bonifier le service. »

Jacques Tremblay dit tout de même constater une perte de services en santé dans la région de Charlevoix depuis quelques années.

« On envoie des patients à Québec pour passer des examens. On envoie des patients à Baie-Saint-Paul. On est passé de 23 cliniques de consultations spécialisées à 9 cliniques », ajoute-t-il.

Québec

Santé