•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Washington, épicentre de la paralysie partielle du gouvernement américain

Des employés fédéraux attendent de recevoir un repas gratuit, au centre-ville de Washington.
Des fonctionnaires attendent de recevoir un repas gratuit, au centre-ville de Washington. Photo: Radio-Canada / Raphael Bouvier-Auclair
Raphaël Bouvier-Auclair

La capitale américaine est le théâtre des tractations politiques entourant la paralysie partielle du gouvernement. Dans la région de Washington, on se trouve également aux premières loges pour constater les impacts de l'impasse politique et budgétaire.

À Washington, ces jours-ci, tout semble tourner au ralenti.

Il y a eu les importantes chutes de neige de dimanche, auxquelles les Washingtoniens ne sont pas habitués. Mais il y a surtout la paralysie partielle du gouvernement qui se ressent un peu partout dans la capitale depuis maintenant 27 jours.

Selon NPR, le District de Columbia et l’État voisin du Maryland avaient reçu 7000 demandes de chômage en début de semaine.

Valery, une résidente de Washington, fait partie de ces centaines de milliers de travailleurs américains sans revenu depuis plus de trois semaines.

Valery, qui dépend de contrats du gouvernement, n'a plus de revenu depuis le 22 décembre. Valery, qui dépend de contrats du gouvernement, n'a plus de revenu depuis le 22 décembre. Photo : Radio-Canada / Raphaël Bouvier-Auclair

Le département de la Sécurité intérieure, qui lui offre habituellement des contrats, est paralysé depuis le 22 décembre.

Valery estime que c’est la sortie de crise, et non les discussions autour d’un mur à la frontière, qui devrait être la priorité des élus en ce moment.

Faites ce qu’il faut pour que les gens puissent retourner au travail et manger.

Valery, une employée fédérale

Cette femme, qui est responsable de sa petite-fille, n’a pas eu le choix de se tourner vers les services d’une banque alimentaire pour subvenir à ses besoins.

L’organisme Bread for the city, qui vient habituellement en aide aux plus démunis, a récemment ouvert ses portes aux fonctionnaires privés de salaire. En montrant leur identification gouvernementale, ceux-ci reçoivent l’équivalent de cinq jours de nourriture.

Des employés d'un organisme communautaire distribuent de la nourriture à des fonctionnaires américains. Des employés d'un organisme communautaire distribuent de la nourriture à des fonctionnaires américains. Photo : Radio-Canada / Raphaël Bouvier-Auclair

Un peu partout dans la ville, des initiatives comme celle-ci voient le jour. Certains restaurants offrent par exemple des repas gratuits aux employés fédéraux.

Sur l’avenue Pennsylvanie, mercredi midi, des dizaines de fonctionnaires sont venus chercher sandwichs, soupes et cafés dans l’un de ces établissements.

Un repas distribué aux fonctionnaires. Un repas distribué aux fonctionnaires. Photo : Radio-Canada / Raphaël Bouvier-Auclair

Lewis Schlitt, rencontré devant le restaurant, est un employé de la National Gallery of Art, un grand musée situé non loin du restaurant. Privé de son salaire, il est contraint de se rendre au travail, compte tenu des expositions que l’institution s’est engagée à organiser.

Comme tout le monde, nous nous sentons insultés dans ce processus.

Lewis Schlitt, employé de la National Gallery of Art

La région de Washington et la fonction publique

  • 282 000 employés civils du gouvernement
  • 15 % des fonctionnaires américains

Un grand éventail d’offres

La commission scolaire du comté de Fairfax, en Virginie, offre des postes d'enseignants suppléants aux fonctionnaires en congé forcé. La commission scolaire du comté de Fairfax, en Virginie, offre des postes d'enseignants suppléants aux fonctionnaires en congé forcé. Photo : Radio-Canada / Marcel Calfat

Il y a donc les repas, des cours gratuits, mais aussi des offres d’emplois.

La commission scolaire du comté de Fairfax, en Virginie, a par exemple saisi l’occasion pour combler un besoin d’enseignants suppléants.

Dans le cadre d’une foire à l’emploi, organisée plus tôt cette semaine, des dizaines d’employés fédéraux se sont montrés intéressés par le millier de postes temporaires disponibles au sein de l’organisation scolaire.

Des dizaines de fonctionnaires se sont rendus à une foire d'emploi organisée par le commission scolaire du comté de Fairfax, en Virginie.Des dizaines de fonctionnaires se sont rendus à une foire d'emploi organisée par la commission scolaire du comté de Fairfax, en Virginie. Photo : Radio-Canada / Marcel Calfat

S’il a hâte de relever un nouveau défi en tant qu’enseignant suppléant, le fonctionnaire Kirk Johnson espère que le contrat ne s’éternisera pas et qu’il pourra retourner à ses fonctions habituelles.

Cet employé du département de la Sécurité nationale, qui est favorable au projet de mur de Donald Trump, garde espoir que les élus réussiront à s’entendre.

Kirk Johnson ne cache plus son impatience. « Il y a de quoi devenir fou », lance-t-il.

Donald Trump, président des États-Unis

Politique américaine

International