•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La popularité de l’immersion française atteint des sommets à Victoria

Des enfants écoutent une éducatrice leur faire la lecture, avec un dinosaure en avant plan.

C'est dans la région de Victoria que l'immersion français est la plus populaire en Colombie-Britannique.

Photo : Radio-Canada / Josée Ducharme

Radio-Canada

À deux semaines des inscriptions pour l'immersion tardive, la grande région de Victoria continue de s'imposer pour la popularité de l'enseignement du français. Alors qu'un élève sur cinq y est en immersion, la croissance de la demande n'est pas sans causer des tensions.

Environ 4000 des 19 000 élèves du conseil scolaire du Grand Victoria fréquente l'immersion française.

Selon la Société francophone de Victoria, le dynamisme de l'organisme Canadian Parents for French explique en grande partie le succès de l'immersion sur l'île. Que ce soit pour se donner une infrastructure forte ou pour le recrutement d'enseignants qualifiés.

Dès le début, ils sont allés chercher l'appui de plusieurs politiciens et ils avaient aussi l'appui des conseils scolaires. C’est comme ça qu’ils ont pu mettre en place une bonne infrastructure.

Pauline Gobeil, directrice générale. Société francophone de Victoria

Tout n'est cependant pas parfait. Les conseils scolaires de l’île utilisent, dans certains cas, une loterie pour distribuer des places à des élèves et cette mesure ne fait pas l'unanimité. Canadian Parents for French, par exemple, cherche à faire abolir cette mesure.

Notre position est simple : s’il existe une demande dans une communauté pour le programme d'immersion française, il importe d'accepter tout le monde dans le programme au lieu d’éliminer certains élèves à partir d’une loterie.

Cendra Beaton, directrice provinciale, Canadian Parents for French

Depuis la création de la première classe d'immersion sur l'île de Vancouver, il y a une trentaine d’années, la population des francophiles a explosé et contribue à y faire du français la deuxième langue la plus parlée.

Colombie-Britannique et Yukon

Éducation