•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une puce alimentée par l’énergie dans l’air secoue l’industrie techno

Une photo montrant une puce Wiliot tenue par une pince à sourcils. La puce est un minuscule carré collé à un bout de papier gris et entouré de trois antennes en cuivre en forme de pétales de fleur.
La minuscule puce de Wiliot n'a pas besoin de batterie pour fonctionner. Elle tire son énergie des ondes radio présentes dans l'environnement. Photo: Wiliot
Radio-Canada

Une minuscule puce électronique alimentée par les ondes radio omniprésentes dans notre environnement vient d'obtenir 30 millions de dollars américains en financement de la part d'Amazon et de Samsung, entre autres.

La puce en question est composée d’un microprocesseur ARM et d’une antenne métallique imprimée sur une feuille de plastique ou de papier. L’antenne est en mesure de capter les ondes émises par les nombreux appareils connectés qui nous entourent presque en permanence et de les transformer en énergie pour alimenter le processeur.

Cela signifie toutefois que la puce pourrait être inefficace en milieu rural ou plus reculé.

Le petit appareil, mis au point par Wiliot, peut d’ailleurs communiquer avec d’autres appareils au moyen de la technologie Bluetooth. Il peut notamment transmettre des données sur la température, la localisation et la pression atmosphérique.

Plusieurs scénarios

Dans un communiqué, l’entreprise évoque de nombreuses utilisations possibles de son invention.

Elle suggère entre autres que ces puces pourraient être implantées dans les emballages de différents produits pour offrir des informations personnalisées aux clients pendant qu’ils magasinent.

Wiliot imagine aussi que des produits périssables pourraient envoyer une notification lorsqu’ils sont sur le point d’expirer ou que des boîtes d’aliments pourraient automatiquement passer une commande en ligne lorsqu’elles sont presque vides.

Dans les faits, cette invention pourrait un jour se retrouver dans presque tous les articles vendus, des vêtements aux cartons de lait en passant par les plantes en pot.

Amazon et Samsung intéressés

Les puces autonomes de Wiliot doivent encore passer le test de la production à grande échelle, mais la crédibilité des cofondateurs semble avoir convaincu les investisseurs. Tal Tamir, Yaron Elboim et Alon Yehevkely ont par le passé créé des ensembles de puces sans fil achetées pour 400 millions de dollars américains par Qualcomm, un important fabricant de puces pour téléphones intelligents. Le trio travaillait auparavant pour Intel, où il a fait ses armes dans la conception de puces électroniques.

L’investissement d’Amazon Web Services, de Samsung et d’Avery Dennison dans Wiliot, à hauteur de 30 millions de dollars, démontre l’intérêt de l’industrie pour cette technologie émergente.

La division d’infonuagique d’Amazon pourrait notamment bénéficier de l’adoption de ce système, puisque les puces de Wiliot sont trop faibles pour effectuer des calculs complexes et doivent donc se replier vers des calculs réalisés par des serveurs distants.

Avec les informations de Techcrunch, et The Verge

Innovation technologique

Techno