•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un dernier au revoir pour l'ancien ministre Gene Zwozdesky

Des hommes transportent un cercueil décoré d'une gerbe de fleurs sur les marches de  la cathédrale. De jeunes parents avec des enfants dans les bras suivent le cortège.

De nombreux politciens et représentants de la francophonie ont assisté aux funérailles de l'ancien président de l'Assemblée législative Gene Zwozdesky, à Edmonton.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Les funérailles de l'ancien ministre Gene Zwozdesky, décédé le 6 janvier, ont eu lieu mercredi matin, à la cathédrale orthodoxe Saint-Jean-Baptiste d'Edmonton. Une foule de politiciens, de dignitaires et d'amis est venue rendre un dernier hommage à ce grand francophile, emporté par le cancer à l'âge de 70 ans.

« Il va beaucoup manquer à cette ville, à cette province, mais surtout à sa famille », commente Stephen Mandal, le chef du Parti albertain et ancien maire d’Edmonton.

Il se trouvait parmi les centaines de personnes venues assister aux funérailles de l'ancien ministre et président de l’Assemblée législative Gene Zwozdesky. La première ministre Rachel Notley et le chef de l’opposition officielle, Jason Kenney, entre autres, se trouvaient parmi eux.

La cérémonie, accompagnée de beaucoup de musique, s'est déroulée dans une cathédrale orthodoxe pleine à craquer.

Le député fédéral d’Edmonton centre, Randy Boissonnault, ne s’étonne pas que tant de gens se soient déplacés y assister. « C’était un homme bien qui voulait juste rassembler les gens et construire une Alberta pour tout le monde », dit-il.

Gene Zwozdesky s'adresse aux députés, tenant en main le livre des Normes et procédures de la Chambre des communes, devant un drapeau du Canada.

L'ancien député et président de l'Assemblée législative de l'Alberta Gene Zwozdesky s'est fait connaître comme musicien, ministre et proche de la francophonie albertaine.

Photo : La Presse canadienne / Amber Bracken

Il souligne que Gene Zwozdesky était fier de ses origines, de son pays d'accueil et de son appartenance à la francophonie. C'est cette fierté, estime-t-il, qu'il laisse en héritage aux Albertains, aux Franco-Albertains et aux Ukrainiens.

Reconnaissance des francophones et des Ukrainiens

Les communautés francophone et ukrainienne se souviennent aussi du politicien comme d'un homme d'action.

« Quand on a voulu organiser les Jeux de la francophonie à Edmonton, en 2008, il a été le premier à nous aider à trouver du financement provincial », raconte Randy Boissonnault.

C’est aussi lui qui a fait passer la loi 37 en Alberta : une motion pour commémorer officiellement le génocide ukrainien de 1933, aussi appelé Holodomor. Le congrès ukrainien du Canada lui a d'ailleurs décerné un prix pour cet accomplissement.

Il a également marqué la scène politique albertaine en tant que président de l'Assemblée législative, estime Brian Mason, le leader parlementaire du Nouveau Parti démocratique, qui s’est lié d’amitié avec lui durant cette période.

« Il a toujours été une bonne et calme influence qui s’assurait qu’on fasse ce qu’on avait à faire », raconte-t-il.

Le politicien avait aussi la réputation de « pouvoir faire sourire n’importe qui », affirme Stephen Mandal, entre autres grâce à sa passion contagieuse pour la musique. En plus de jouer de la mandoline, il a été directeur musical de la troupe de danse Ukrainian Shumka Dancers d’Edmonton.

Alberta

Politique provinciale