•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Prolongement de la 138 : des arguments économiques pour le ministre Champagne

La fameuse photographie illustrant la fin de la route 138
Fin de la route 138 à Kegaska Photo: Radio-Canada
Djavan Habel-Thurton

C'est un argumentaire largement économique que présenteront les décideurs de la Côte-Nord au ministre fédéral François-Philippe Champagne qui sera en visite dans la région la semaine prochaine pour discuter du prolongement de la route 138.

Le ministre fédéral de l'Infrastructure et des Collectivités participera, le 23 janvier prochain, à un dîner-conférence organisé par la chambre de commerce de Sept-Îles.

De nombreux élus de la Côte-Nord ainsi que des chefs innus y feront front commun pour tenter de convaincre le ministre et le gouvernement canadien de s'engager à l'achèvement de la route 138.

En plus des arguments sociaux et de sécurité, le maire de Sept-Îles, Réjean Porlier, espère que ce sont les avantages économiques qui convaincront le ministre.

On a ajouté dans notre discours, depuis quelques années, tout le volet économique.

Réjean Porlier, maire de Sept-Îles et préjet de la MRC Sept-Rivières

L’aspect du désenclavement d’un territoire avec un important potentiel touristique et d’exploitation des ressources sera plaidé, ainsi que l’aspect du transport des biens, particulièrement vers Terre-Neuve et le Labrador, qui s’approvisionne en ce moment plutôt en Nouvelle-Écosse.

M. Porlier espère d’ailleurs que des élus de Terre-Neuve-et-Labrador se joindront au groupe de décideurs qui rencontreront le ministre Champagne.

François-Philippe Champagne, en studioFrançois-Philippe Champagne, ministre fédéral des Infrastructures et des Collectivités Photo : Radio-Canada / Alice Chiche

Lors d’une rencontre précédente avec celui-ci, le maire de Sept-Îles, Réjean Porlier, l’avait senti réceptif aux arguments de nature économique.

Au-delà de l’empathie [pour les questions d’ordre social], j’ai senti, lorsque nous étions dans le bureau du ministre Champagne, quelqu’un qui comprenait tout l’aspect économique de la chose, dit Réjean Porlier.

Le maire plaide également que les changements climatiques accentuent l’isolement de la Basse-Côte-Nord notamment parce que les lacs et rivières gèlent moins longtemps, limitant et rendant plus dangereux l’accès aux motoneiges.

Les promoteurs du projet devront aussi négocier avec le gouvernement provincial, dont la volonté de compléter la route mythique est nécessaire pour que le projet voie le jour.

Déménagement de la MRC Sept-Rivières

Par ailleurs, le maire de Sept-Îles a également annoncé que la MRC Sept-Rivières, dont il est également le préfet, déménagerait bientôt ses activités dans un nouveau bâtiment situé sur le boulevard Laure de Sept-Îles.

La municipalité régionale de comté fera l'acquisition du bâtiment qu'occupait auparavant la compagnie WSP, près de Honda Sept-Îles, ainsi que le terrain adjacent pour 900 000 $ afin d’y déplacer son personnel d’une dizaine de personnes.

La décision a été prise lors du conseil de la MRC le 15 janvier 2019.

La MRC Sept-Rivières occupe en ce moment des locaux loués. L’investissement immobilier permettra de faire des économies, selon Réjean Porlier.

Selon M. Porlier, la MRC a besoin de plus d'espace considérant les responsabilités croissantes qui lui sont confiées, notamment depuis la dissolution de la Conférence régionale des élus (CRÉ) de la Côte-Nord.

Une étude environnementale doit être complétée avant l'acquisition officielle, une étape que le préfet considère comme une formalité.

Côte-Nord

Transports