•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Certains groupes d’activistes inquiets des réductions des droits de scolarité en Ontario

Des étudiants marchent devant un grand édifice en verre de l'université.
L'Université York, à Toronto, pourrait devoir réduire ses droits de scolarité Photo: Reuters / Mark Blinch
Radio-Canada

Selon certains documents consultés par La Presse canadienne suggèrent que l'Ontario est sur le point de réduire les droits de scolarité de 10 %. Cette nouvelle est accueillie avec circonspection : des groupes d'activistes et certaines personnes concernées s'inquiètent des conséquences pour l'enseignement supérieur et craignent que cette annonce ne soit accompagnée d'une réduction des subventions aux étudiants.

Des documents indiquent que le gouvernement progressiste-conservateur annoncera une réduction obligatoire des droits de scolarité dans les collèges et les universités. Les détails des mesures n’ont pas encore été dévoilés.

« Les étudiants doivent rester prudents face aux informations faisant état d'une réduction de 10 % des droits de scolarité », écrit la Fédération canadienne des étudiantes et étudiants sur Twitter. « Le mois dernier, le vérificateur général de l'Ontario a ouvert la voie à d'importantes compressions dans le RAFEO (subventions). Nous sommes préoccupés par les intentions de cette annonce. Cela rendra-t-il (l'éducation postsecondaire) plus abordable? », se questionne la Fédération.

Le gouvernement libéral précédent avait augmenté le nombre de bourses et permis aux étudiants ayant des besoins financiers importants de fréquenter gratuitement un collège ou une université.

Mais le vérificateur général a constaté le mois dernier que les coûts de ce programme avaient bondi de 25 % et avait averti qu'il pourrait atteindre 2 milliards de dollars par an d'ici 2020-2021.

Le porte-parole du NPD pour les universités et les collèges, Chris Glover, s'est dit profondément préoccupé par les réductions à venir du Programme d'aide financière aux étudiants de l'Ontario (RAFEO).

« Les étudiants des collèges et des universités de l'Ontario savent qu'ils ne bénéficieront pas d'un gouvernement Doug Ford », a-t-il écrit. « Les étudiants qui comptent sur le RAFEO pour tenter leur chance à l'université ou au collège savent que le RAFEO doit être amélioré et non éliminé. »

Le NPD a également déclaré qu’une baisse de financement, que les universités et les collèges subiraient si les droits de scolarité étaient réduits, pourrait se traduire en cours annulés, plus d’étudiants par classe et des mises à pied de professeurs.

Une réduction des droits de scolarité de 10 % enlèverait environ 360 millions de dollars aux universités et 80 millions de dollars aux collèges.

Les collèges et les universités contactés par La Presse canadienne ont refusé de commenter jusqu’à ce que toute la portée de l'annonce soit connue.

Le cadre actuel des droits de scolarité, qui plafonne les augmentations à 3 % annuellement pour la plupart des programmes, expire à la fin de la présente année scolaire. La proposition des conservateurs pourrait réduire les droits de scolarité de 10 % pour l'année 2019-2020; ces mêmes frais seraient gelés pour l'année suivante.

Le gouvernement affirme que cela signifie qu'un étudiant universitaire de premier cycle en arts et en sciences économiserait environ 660 dollars et qu'un étudiant collégial aurait 340 dollars de plus dans ses poches à la fin de l’année. Les droits de scolarité des étudiants internationaux ne sont pas réglementés et ne sont pas inclus.

Alex Usher, président de Higher Education Strategy Associates, a annoncé dans une entrée de blogue mercredi que cela ne constituerait qu'une « première étape » pour le gouvernement, et a averti que les subventions de fonctionnement seront « presque certainement » réduites également, selon lui.

Avec les informations de La Presse canadienne

Toronto

Éducation