•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Véhicules électriques : de meilleurs rabais réclamés au Québec

Une petite voiture électrique est rechargée dans un stationnement.
L'AVEQ demande une bonification du programme Roulez vert Photo: La Presse canadienne / JONATHAN HAYWARD
Radio-Canada

Les rabais offerts par le gouvernement du Québec depuis 2012 pour stimuler l'achat de véhicules électriques ne suffisent plus. Selon l'Association des véhicules électriques du Québec (AVEQ), le programme Roulez vert doit être bonifié afin de « refléter la réalité du marché ».

Un texte d’Alexandre Duval

Le président de l’AVEQ, Simon-Pierre Rioux, affirme que le Québec est aux prises avec un heureux problème. D’un côté, l’offre de véhicules électriques est de plus en plus grande chez les concessionnaires.

« Mais plusieurs de ces nouveaux modèles-là présentent aussi une meilleure autonomie, ce qui veut aussi dire que le véhicule coûte plus cher à l'acquisition », illustre M. Rioux.

Actuellement, le programme Roulez vert offre un rabais à l'achat de 8000 $ maximum aux automobilistes qui achètent un véhicule entièrement électrique.

Selon M. Rioux, ce montant devrait être augmenté à 11 000 $ pour les véhicules entièrement électriques avec une autonomie supérieure à 350 kilomètres.

Il cite en exemple la Model 3 du constructeur Tesla ou encore la Leaf de 2e génération chez Nissan.

Ça va être important que le gouvernement Legault présente un plan un peu plus poussé pour s'assurer que les incitatifs financiers aux véhicules électriques soient bonifiés.

Simon-Pierre Rioux, président de l'Association des véhicules électriques du Québec
Simon-Pierre Rioux, président de l'Association des véhicules électriques du QuébecSimon-Pierre Rioux, président de l'Association des véhicules électriques du Québec Photo : Radio-Canada

Une demande justifiée

Cette demande de l’AVEQ est tout à fait logique, selon Dany D’Anjou, conseiller en véhicules électriques chez Nissan Ste-Foy à Québec.

La Leaf Plus sera en vente uniquement ce printemps sur le marché québécois, mais M. D’Anjou prédit que le prix sera effectivement plus élevé que celui de l’ancien modèle, qui frôlait déjà les 40 000 $.

C’est sûr que la prochaine voiture qui va s’en venir et qui va avoir 363 km d’autonomie, elle va être plus chère. On peut parler facilement de 5000 $ de plus.

Dany D'Anjou, conseiller en véhicules électriques chez Nissan Ste-Foy

M. D’Anjou croit aussi que cette augmentation des coûts s’explique par l’autonomie accrue de la voiture, qui nécessite des investissements soutenus en recherche et développement.

Dans ce contexte, le programme Roulez vert prend tout son sens, selon M. D’Anjou. « Comme consommateur, si on s’arrête juste au portefeuille, c’est sûr que ces incitatifs-là aident énormément. »

À titre comparatif, les prix de la Model 3 de Tesla commencent à 69 400 $ pour cette voiture dont l’autonomie est estimée à 425 km.

Une croissance assurée?

Depuis ses débuts, le programme Roulez vert (anciennement appelé Roulez électrique) a dépensé plus de 220 millions de dollars pour financer l’achat de véhicules électriques ou hybrides rechargeables et de bornes au Québec.

Le programme semble avoir porté fruit, selon les plus récents chiffres de la Société d’assurance automobile du Québec. Au 31 décembre 2018, il y avait tout près de 40 000 voitures entièrement électriques ou hybrides rechargeables en circulation dans la province.

Si ce nombre est encore loin de la cible gouvernementale de 100 000 véhicules électriques en 2020 au Québec, Simon-Pierre Rioux affirme que la croissance des ventes est soutenue et que l’objectif est atteignable. « Mais les ventes peuvent aussi s'essouffler », prévient-il.

Ce qu'on veut s'assurer, c'est que les consommateurs qui sont un peu plus réticents dû au coût d'acquisition du véhicule aient l'incitatif nécessaire.

Simon-Pierre Rioux, président de l'Association des véhicules électriques du Québec

M. Rioux estime qu’un rabais de 11 000 $ n’est pas exagéré. L’Ontario, par exemple, offrait des rabais allant jusqu’à 14 000 $ avant l’arrivée du gouvernement de Doug Ford.

En Colombie-Britannique, un rabais de 5000 $ est offert à l’achat d’une voiture électrique. Ce rabais peut être combiné à une enveloppe additionnelle de 6000 $ si l’acheteur se débarrasse de son ancienne voiture à combustion, ce qui totalise 11 000 $.

Le ministre de l’Énergie et des Ressources naturelles, Jonatan Julien, n’a pas voulu commenter la demande de l’AVEQ. Son attachée de presse, Claude Potvin, affirme que « les mesures seront annoncées dans le prochain budget ».

Politique provinciale

Environnement