•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Trois ans de prison après une prise d'otage à Robert-Giffard

L'Institut universitaire en santé mentale de Québec est situé sur le chemin de la Canardière.
L'Institut universitaire en santé mentale de Québec est situé sur le chemin de la Canardière. Photo: Radio-Canada / Cimon Leblanc
Yannick Bergeron

Un patient de l'Institut universitaire en santé mentale a admis mercredi, au palais de justice de Québec, avoir pris en otage une infirmière avant de s'évader.

Sébastien Lessard est condamné à 3 ans de prison. Il a plaidé coupable à une dizaine d'accusations d'évasion, d'enlèvement, de prise d'otage, de voies de fait causant des lésions, de voies de fait armées et de menaces de mort.

Il a pris la fuite de l'établissement avec son voisin de chambre, Thomas Roy des Rivières, le 8 octobre 2017.

L'avocat de Lessard, Me Frédéric Rousseau, a expliqué au tribunal que son client se sentait épié et qu'il avait consommé des méthamphétamines pour rester éveillé.

« Il croyait que sa vie était en danger », a souligné Me Rousseau.

Avec son présumé complice, Lessard a alors décidé de quitter l'aile psychiatrique en saisissant l'infirmière avant de lui placer sous la gorge un morceau de plastique arraché au bas d'un mur.

Lessard et son présumé complice ont aussi utilisé une planche pour frapper un autre employé qui s'est interposé alors qu'ils s'enfuyaient.

Une employée a souffert d'une lacération à la tête alors qu'un gardien de sécurité a été blessé au bras.

Peine « très clémente »

En plaidant coupable, Lessard s'exposait à une peine sévère, mais la procureure de la poursuite a, de son propre aveu, négocié une peine « très clémente », avec l'avocat de la défense.

« S'il est à l'institut de santé mentale, c'est qu'il a une problématique de ce côté-là », a justifié l'avocate de la poursuite, Me Geneviève Bédard.

Le juge a accepté la proposition et infligé une peine de 36 mois à Lessard. Il fait déjà l'objet de mesures devant le Tribunal administratif du Québec en raison de son instabilité mentale, ce qui l'oblige à séjourner en institution.

« Je tiens à dire que je regrette ce qui s'est passé », a témoigné l'homme de 35 ans, avant de quitter la salle d'audience.

Lessard qui compte de nombreux antécédents criminels a déjà été déclaré non criminellement responsable pour certains gestes dans le passé.

Son présumé complice, Thomas Roy des Rivières, est toujours en attente de son procès.

Québec

Justice et faits divers