•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Accident d'autobus : le BST vient prêter main-forte à la police d'Ottawa

Le chef de police devant un micro, lors de sa conférence de presse.
Le chef de police d'Ottawa, Charles Bordeleau, a annoncé que le Bureau de la sécurité des transports (BST) aidera son corps policier dans son enquête sur la collision d'autobus qui a fait 3 morts et 23 blessés. Photo: Radio-Canada
Radio-Canada

Le Bureau de la sécurité des transports (BST) du Canada va appuyer le Service de police d'Ottawa (SPO) dans son enquête sur l'accident d'autobus qui a fait 3 morts et 23 blessés, vendredi dernier, à la station Westboro.

Le chef de la police d'Ottawa, Charles Bordeleau, en a fait l'annonce, mercredi, lors d'un point de presse tenu au quartier général du SPO. Il a déclaré que son corps policier avait contacté le BST immédiatement après l'accident du 11 janvier.

Les enquêteurs ont réussi à identifier 80 % des passagers et demandent à ceux qui n'ont pas encore parlé à la police de se manifester le plus rapidement possible.

Après avoir consulté l'équipe d'enquêteurs, j'ai accepté l'offre d'aide du Bureau de la sécurité des transports et nous avons fait une demande officielle auprès du BST pour obtenir son concours à la présente enquête du SPO sur la collision, a-t-il déclaré.

Le BST a accepté de contribuer par son expertise technique relative aux questions de sécurité liées à cette collision. Son apport aidera l'équipe de reconstitution du Service de police d'Ottawa et viendra appuyer l'enquête en cours du coroner.

Charles Bordeleau, chef du Service de police d'Ottawa

Le chef Bordeleau a précisé que la participation du Bureau de la sécurité des transports sera limitée. Le BST ne joue aucun rôle dans l'attribution ou la détermination des responsabilités civiles ou pénales, a-t-il dit. De plus, le BST n'offrira aucune analyse à la portion criminelle de l'enquête.

Également, le BST ne sera pas en mesure de produire un rapport avec des recommandations. Les enquêteurs fédéraux devront faire part de leurs observations et recommandations au Bureau du coroner — un partenaire du Service de police d'Ottawa dans cette enquête — ou au Comité d'examen des collisions mortelles (CECM), qui regroupe des corps policiers, le Bureau du coroner, des premiers répondants et des représentants de la Ville d'Ottawa.

Le BST peut offrir son aide pour les aspects suivants :

  • reconstitution, facteurs humains et collecte de données électroniques;
  • analyse de la conception de l'autobus et de la route, ce qui pourrait comprendre l’intégrité structurelle du véhicule et des structures environnantes.

M. Bordeleau a aussi annoncé que l'enquête sera composée de deux volets. Le premier volet déterminera si une infraction a été commise. Le deuxième volet s'appuiera sur la reconstitution, afin d'établir la cause de la collision et d'identifier tous les facteurs qui ont contribué aux morts et à la gravité des blessures.

Nous voulons tous des réponses, mais cela prendra du temps.

Charles Bordeleau, chef du Service de police d'Ottawa

Mise à jour sur les victimes

Le chef de police a également révélé, au cours de cette conférence de presse, que les trois personnes qui ont perdu la vie dans cette collision étaient toutes à bord de l'autobus, contrairement à ce qui avait été annoncé initialement.

Deux autres passagers ont été éjectés du véhicule, mais ils ont survécu et ont été transportés à l'hôpital. Personne sur la plateforme n'a été blessé.

Des ambulanciers paramédicaux qui interviennent sur les lieux d'un accident.Des ambulanciers paramédicaux d'Ottawa sur les lieux de l'accident. Photo : Radio-Canada

Ottawa-Gatineau

Accident de la route