•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

De l’opposition aux routes désignées pour camions à Thunder Bay

Un camion forestier
Les camions lourds à Thunder Bay devront emprunter les routes 11,17 et 61. Photo: CBC/Tyson Koschik
Radio-Canada

Un organisme provincial représentant les transporteurs routiers affirme que la voie de camionnage désignée à Thunder Bay ne réglera pas les problèmes de sécurité dans la ville.

Lors de sa réunion de lundi, le conseil municipal de Thunder Bay a approuvé la création d’un tracé pour les camions lourds à travers la ville. Cette mesure empêchera les camions de transport de circuler sur le chemin Dawson et la rue Arthur, sauf pour des livraisons locales. Les camions devront utiliser la route transcanadienne 11/17 et la route 61.

Mais Stephen Laskowski, président de l’Ontario Trucking Association (OTA), a déclaré que cette décision signifiait que la ville déplaçait simplement un problème de la sécurité d’un endroit à l’autre.

Il dit que le problème avec la route désignée est la présence de feux de circulation.

Nous avons entendu dire que le respect de ces feux pour tous les véhicules, pas seulement les camions, était un problème. Maintenant, vous ajoutez tous ces camions. Vous créez un danger potentiel pour la sécurité, déclare Laskowski.

M. Laskowski affirme que toute modification de la disposition des routes, comme le remplacement des intersections par des échangeurs, aurait dû être effectuée avant la création de la route désignée pour les camions.

Des véhicules arrêtés à une intersection.Le ministère des Transports de l’Ontario a proposé en 2015 le remplacement des intersections sur l’autoroute Thunder Bay (route 11/17) par des échangeurs et des passages supérieurs. Le projet ne s’est pas concrétisé pour le moment. Photo : CBC/Jeff Walters

Le terrain accidenté et vallonné des chutes Kakabeka est également une préoccupation, a déclaré M. Laskowski, en particulier par temps humide ou hivernal.

Il a ajouté que l’OTA aurait appuyé la mise en place de zones de sécurité communautaires, qui auraient pu inclure un radar photo, dans le but de ralentir les camions lourds.

La ville a le pouvoir de le faire en vertu de la loi provinciale, dit M. Laskowski.

Ils auraient pu le faire uniquement pour les véhicules commerciaux. Nous aurions appuyé cela.

Stephen Laskowski, président de l’Ontario Trucking Association

M. Laskowski a déclaré que l’OTA soumettrait ses préoccupations par écrit à la ville avant le vote final du conseil sur les routes désignées.

Dans le passé, l’association a fait valoir que l’élimination de certaines routes commerciales pourrait entraîner des coûts additionnels pour le commerce routier transcanadien.

Avec les informations de CBC

Nord de l'Ontario

Transports