•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les humains préhistoriques chassaient mieux grâce aux chiens

Un chien rapporteur revient avec l'une des oies abattues par le groupe de chasseurs.
Les chiens auraient aidé les hommes préhistoriques à chasser plus efficacement. Photo: Radio-Canada / Maxime Corneau
Radio-Canada

Les humains d'il y a 11 500 ans auraient modifié leurs techniques de chasse grâce à leurs alliés canins. Une étude anglo-danoise révèle que les chiens auraient aidé des populations de l'actuelle Jordanie à capturer le lièvre et d'autres gibiers.

Un texte de Gabriel Laurin

Les chiens font partie du quotidien de l'humain depuis au moins 14 000 ans. Leur présence offrait plusieurs avantages, tels que des avertissements rapides en cas de danger.

Avec l’aide de ces quadrupèdes, les humains de la préhistoire auraient aussi chassé bien plus efficacement. Ils auraient même adapté leurs techniques de chasse en fonction des canidés.

Par exemple, les humains auraient délaissé certaines techniques de chasse, comme l’utilisation de larges filets, qui ne permettent pas de sélectionner les meilleures proies. Or, des chiens potentiellement entraînés auraient permis aux humains de mieux cibler le gibier à capturer.

C’est ce que révèle l’étude menée par une équipe de chercheurs anglo-danoise d’un site archéologique, Shubayqa 6, dans le nord-est de la Jordanie.

Les scientifiques ont remarqué une accumulation soudaine d’os de petit gibier à l’intérieur du site. Les os portaient des marques de digestion, mais étaient trop gros pour pouvoir passer dans un tube digestif humain.

Selon l'équipe, des chiens sont toutefois en mesure de digérer des os de cette taille.

L’utilisation de chiens pour chasser des proies plus petites et rapides, comme des lièvres ou des renards, [...] pourrait amener une explication cohérente avec les données que nous avons recueillies.

Lisa Yeomans, professeur associée à l’Université de Copenhague, en entrevue à EurekAlert!

Lisa Yeomans et ses collègues pensent donc que le chien apportait un avantage significatif aux chasseurs du camp.

Le saviez-vous?

Les ancêtres des chiens se seraient éloignés génétiquement des loups il y a au moins 27 000 ans.

Un compagnon au jour le jour

Les résidents de Shubayqa 6 y restaient probablement tout au long de l’année. Il en serait de même pour les chiens, les chercheurs ayant retrouvé des restes de défécations partout dans le secteur fouillé.

Selon les chercheurs, cela montre qu’humains et chiens vivaient bel et bien ensemble il y a des milliers d’années.

Les chiens n’étaient pas gardés aux limites extérieures du camp, mais devaient être imbriqués dans tous les aspects de la vie quotidienne, libres de vagabonder, se nourrissant d'os jetés et déféquant un peu partout sur le site.

Lisa Yeomans, professeur associée à l’Université de Copenhague, en entrevue à EurekAlert!

Leurs résultats sont publiés dans la revue Journal of Anthropological Archeology. (Nouvelle fenêtre)

Animaux

Science