•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  • Archives
  • La nouvelle vague du whisky canadien

    Bouteille de whisky canadien Crown Royal avec un verre et un seau de glace.
    Le Canada est un producteur de longue date de whisky. Photo: Radio-Canada
    Radio-Canada

    Du 18 au 20 janvier 2019 se tient le Festival du whisky de Victoria, en Colombie-Britannique. Un événement parmi d'autres à travers le pays qui illustre bien un intérêt croissant pour cet alcool ambré. Nos archives témoignent de l'engouement pour ce spiritueux, dont le Canada est un producteur de longue date.

    La série télévisée Mad Men est-elle en partie responsable du regain de popularité du whisky canadien?

    Ce reportage de L’Épicerie du 8 mars 2017 nous révèle que les ventes du Canadian Club, la boisson préférée du personnage Don Draper, ont augmenté avec la diffusion de la série américaine.

    L'Épicerie, 8 mars 2017

    Au Québec, plusieurs distillateurs artisanaux se sont mis de la partie. Les amateurs sont aussi au rendez-vous.

    Le président et fondateur de Whisky Montréal, Jean-François Pilon, témoigne de l’engouement grandissant qu’il observe, notamment pour ses soirées d’accords whisky et repas.

    Il explique également la signification des différentes appellations : scotch, whisky et bourbon.

    Le whisky canadien a une excellente réputation. Son emblème : le distillateur Seagram.

    Puis, il y a les whiskys de la nouvelle vague.

    La journaliste Barbara Ann Gauthier visite la distillerie Cirka, à Montréal, qui souhaite revisiter le whisky.

    On a la chance d’être au Québec où l’on a des producteurs qui font des grains absolument superbes.

    La distillatrice Isabelle Rochette

    La journaliste mentionne aussi deux autres distillateurs d’une nouvelle génération qui se sont lancés dans l’aventure du whisky québécois : Les Subversifs et La Maison Sivo.


    Atlantique ce soir, 6 novembre 2002

    À la distillerie Glenora, à Mabou, sur île du Cap-Breton, le whisky est produit suivant la tradition écossaise.

    Il faut dire que sur cette île située en Nouvelle-Écosse, la majorité de la population est de descendance écossaise. D’où cette volonté de créer un scotch whisky, bien qu’on ne puisse le désigner ainsi, ce nom étant réservé au whisky produit en Écosse.

    Le journaliste Ricky Landry visite les installations de Glenora pour le bulletin de nouvelles Atlantique ce soir du 6 novembre 2002. Le whisky y est conçu à partir d’un seul grain, l’orge, en provenance de l’Écosse. Cela le distingue des autres whiskys canadiens.

    Un autre élément original du whisky de Glenora est l’eau pure du ruisseau qui se trouve derrière la distillerie et qu’on utilise pour sa production.

    « Quoi qu’il en soit, le succès commercial est sans équivoque », conclut le journaliste Ricky Landry. « Malgré son coût élevé, 75 $ et plus, pratiquement toute la production s’est vendue depuis le lancement des premières bouteilles, il y a deux ans. »


    Téléjournal Ontario, 17 octobre 2013

    Le whisky canadien est aussi de plus en plus populaire en Ontario.

    Depuis quelques années, les whiskys canadiens parviennent à séduire une nouvelle clientèle, souvent plus jeune et féminine.

    La journaliste Laurence Martin

    La journaliste Laurence Martin tente d’expliquer ce phénomène dans ce reportage diffusé au Téléjournal Ontario du 17 octobre 2013.

    À la Régie des alcools de l'Ontario (LCBO), le whisky canadien compte à présent pour le tiers des ventes des spiritueux.

    À Windsor se trouve aussi une institution, Canadian Club, qui distille depuis un siècle et demi. L’engouement pour le whisky de cette distillerie est sans équivoque : les ventes de certains produits ont augmenté de 20 % l’année précédente.

    Une porte-parole de l’entreprise attribue cette hausse en partie à la popularité grandissante des cocktails.

    Et peut-être un peu aussi à Don Draper…

    Encore plus de nos archives

    Archives

    Alimentation