•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Avertissement aux acheteurs de maisons : vous êtes peut-être sur écoute

Une pancarte d'agente immobilière indiquant qu'une maison a été vendue à un prix plus élevé que celui qui a été demandé

Une maison vendue à Toronto

Photo : CBC/Caolan Brennan

Radio-Canada

Une agente immobilière ontarienne tire la sonnette d'alarme après que deux de ses clients lui eurent admis qu'ils avaient pu écouter les conversations d'acheteurs dans leur maison grâce au système de caméras et de microphones de la demeure.

Selon l'agente Juliana Webster, les règles existantes devraient être modifiées pour forcer les vendeurs à divulguer le fait que leur maison est munie d'un tel système de surveillance.

Les acheteurs ne s'attendent pas à être sur écoute en visitant une maison, souligne-t-elle.

L'agente de Hamilton affirme que certains renseignements pourraient être utilisés contre les acheteurs à leur insu. Par exemple, si l'acheteur dit : je serais prêt à payer plus [que le prix demandé] pour cette maison, mentionne-t-elle.

Mme Webster assure qu'elle n'était pas au courant au préalable que deux de ses clients avaient un système de surveillance dans leur maison. L'un des propriétaires a pu s'en servir pour voir qu'un acheteur avait besoin d'aide pour utiliser un appareil électroménager dans la maison, alors que l'autre vendeur a entendu un acheteur dire que la transaction pourrait aller de l'avant sans problème.

L'agente immobilière dit que ses clients n'ont pas utilisé les informations captées, mais admet que ça pourrait être tentant pour certains vendeurs.

Mise en garde

David Woolley, l'attaché de presse du ministre des Services aux consommateurs, explique que les agents immobiliers sont assujettis à la réglementation fédérale sur le droit à la vie privée et qu'aucun renseignement du genre ne peut être utilisé à des fins commerciales sans le consentement d'un individu qui participe à la transaction.

Pour sa part, le Conseil ontarien de l'immobilier demande à ses membres d'aviser les acheteurs du fait que la maison qu'ils visitent pourrait être équipée d'un système de surveillance. Ces systèmes d'enregistrement sont de plus en plus répandus, indique le porte-parole du Conseil Kelvin Kucey.

Mme Webster pense, elle, que les agents comme elle devraient mentionner dans l'offre de vente si la propriété est munie d'un système de surveillance.

Avec les informations de CBC News

Immobilier

Économie