•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Prix élevé des billets d’avion à T.-N.-L. : un élu réclame une enquête

Un passager tenant une petite valise à la main marche le long d'une passerelle avant de monter dans un  avion d'Air Canada à destination de Toronto.
Les court-courriers coûtent souvent plus cher, entre les villes terre-neuviennes, que les vols à destination de plus grandes villes à l'extérieur de la province. Photo: Radio-Canada / Philippe Moulier
Radio-Canada

Le maire de Stephenville, Tom Rose, a dû payer près de 870 $ pour prendre un vol vers la capitale, Saint-Jean, où il avait un rendez-vous médical lundi. Les voyages intraprovinciaux par avion coûtent une fortune, dénonce-t-il. Il réclame une enquête publique.

J’ai réservé tôt et, malgré cela, le prix s’approchait de 900 $. Alors, je me suis dit : “Ce n’est pas normal, ce niveau de prix est disproportionné!” 

Il remarque qu’il est souvent moins cher d’acheter un billet pour des destinations à l’extérieur de Terre-Neuve-et-Labrador, ce qui nuit, selon lui, à l’économie et au tourisme dans sa province.

Si quelqu’un arrive à Stephenville de Toronto avec Sunwing ou Porter, ou à Saint-Jean depuis l’Europe et se dit qu’il va profiter de son séjour pour visiter d’autres régions de l’île en prenant un vol intérieur vers St.Anthony, Goose Bay ou Stephenville… eh bien il aura une énorme surprise lorsqu’il verra les prix! 

Tom Rose, le maire de Stephenville, en entrevue.Tom Rose, le maire de Stephenville, réclame une enquête publique sur le prix des billets d'avion à Terre-Neuve-et-Labrador. Photo : CBC/Colleen Connors

M. Rose rappelle que dans d’autres régions du Canada et en Europe, il est possible de prendre des court-courriers pour quelques centaines de dollars, alors qu’à Terre-Neuve, un vol entre Saint-Jean et le Labrador, par exemple, peut coûter 1500 $.

Et il affirme que les Terre-Neuviens et Labradoriens n’ont souvent d’autre choix que d’acheter ces billets pour obtenir des soins de santé spécialisés dans un grand centre, parce que les distances sont grandes et les voyages par voie terrestre hasardeux, l’hiver.

Le gouvernement provincial, dit-il, doit tenir une enquête sur ces prix qu'il considère comme un obstacle à la mobilité des gens et au commerce.

Il réclame une rencontre avec le ministre provincial des Transports, Steve Crocker.

Avec les informations de CBC

Terre-Neuve-et-Labrador

Transports