•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les tensions entre le Canada et la Chine ont un impact sur le tourisme en C.-B.

Des touristes chinois prennent des photos.

La Chine représente le deuxième marché touristique en importance en Colombie-Britannique.

Photo : iStock

Radio-Canada

Pendant que la tension continue de grimper entre la Chine et le Canada, des entreprises touristiques de la Colombie-Britannique disent ressentir les effets de la querelle diplomatique entre les deux pays.

L’agence de voyages CCVIP, de Richmond, qui offre des services aux touristes chinois dans la région du Grand Vancouver, note une diminution de sa clientèle par rapport aux années précédentes. Le propriétaire de l’agence, Richard Zhang, dit avoir remarqué un changement depuis l’arrestation de la directrice financière du géant chinois Huawei, en décembre dernier.

« Nous voyons nos chiffres descendre, explique-t-il. Tout est au ralenti. Le Nouvel An chinois approche, et l’an dernier, beaucoup de touristes sont venus de Chine visiter le Canada. Cette année, ils sont peu nombreux. »

Une autre compagnie établie en Chine, mais possédant un bureau à Richmond, soutient que ses employés ont récemment reçu la consigne de ne pas faire de commentaires politiques.

Selon Destination BC, la Chine représente actuellement le deuxième marché touristique en importance de la province.

Les dernières estimations de l’organisme, publiées en octobre, prévoyaient une augmentation de 6 % du nombre de visiteurs chinois en 2019, par rapport à l’année précédente. Il ne souhaite toutefois pas se prononcer sur l’effet potentiel des tensions actuelles sur ces projections.

Mises en garde

Mardi, la Chine et le Canada ont tous les deux lancé des mises en garde à leurs citoyens respectifs.

« Le ministère des Affaires étrangères et l'ambassade de Chine au Canada rappellent aux citoyens chinois qu'ils doivent pleinement évaluer les risques liés aux voyages au Canada », peut-on lire dans la mise en garde du gouvernement chinois.

Richard Zhang dit avoir reçu des appels de clients potentiels qui s’inquiétaient des risques de se faire arrêter au Canada. « Nous leur disons que non, cela n’arrivera pas ici », affirme-t-il.

De son côté, le Canada a mis à jour son avis destiné aux voyageurs canadiens désirant se rendre en Chine, les invitant à « faire preuve d'une grande prudence en raison du risque d'application arbitraire des lois locales », au lendemain de la condamnation à mort d’un Canadien par la justice chinoise.

Avec les informations d'Anaïs Elboudjaïni et de Lien Yeung

Colombie-Britannique et Yukon

Politique internationale