•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Soins de santé à L'Isle-aux-Coudres : les insulaires se sentent isolés

Le reportage de Camille Simard
Radio-Canada

Depuis bientôt deux semaines, les insulaires de L'Isle-aux-Coudres ne peuvent plus bénéficier des soins d'une infirmière le week-end, faute d'effectifs. Seuls les ambulanciers peuvent répondre aux appels d'urgence et les citoyens se sentent isolés.

Depuis le début du mois de janvier, une seule infirmière assure les services de proximité durant la semaine au Centre local de services communautaires (CLSC). La fin de semaine, les portes sont fermées.

Pour pallier le manque de soins de santé, les citoyens se tournent vers la pharmacienne Renée Roy.

« J'ai énormément de cas, des gens qui se sentent démunis. J'ai des gens qui ne savent pas quoi faire, qui ont des problèmes, qui ont besoin de consulter », déplore-t-elle.

Cette fermeture s'ajoute au départ du seul médecin permanent sur l'île, il y a 18 mois. Les insulaires peuvent compter sur des médecins de la région qui viennent en alternance deux fois par semaine.

« C'était notre seul secours, les infirmières, on s'en venait ici quand on avait un problème, là on s'en va où? » dénonce Rémi Harvey.

Certains résidents s'inquiètent de voir les acquis disparaître un à un. « Si on n’a pas ce qu'il faut à proximité, on se met à risque », ajoute la directrice générale de l'Ancrage de L'Isle-aux-Coudres, Donate Dufour.

Risque de découverture?

Désormais, seuls les ambulanciers assurent une couverture la fin de semaine.

Le superviseur de la région, Jean Normand, souligne que les ambulanciers reçoivent environ 200 appels par année en provenance de L’Isle-aux-Coudres.

Il est encore trop tôt pour évaluer si le volume d’appels a augmenté, mais il y a un risque de découverture, affirme-t-il.

Jean Normand, superviseur de la Coopérative des techniciens ambulanciers de CharlevoixJean Normand, superviseur de la Coopérative des techniciens ambulanciers de Charlevoix Photo : Radio-Canada

« L’ambulance sur L’Isle-aux-Coudres, quand elle quitte pour un appel, elle quitte pour environ 2 h 30 ou 3 h. Si un appel d’urgence vient à ce moment-là, c’est une ambulance de Baie-Saint-Paul qui doit venir répondre ici », explique-t-il, précisant que les délais sont d’environ 30 minutes.

La situation inquiète les ambulanciers paramédicaux puisque, dans certains cas, chaque minute compte.

On se retrouve la fin de semaine où on est les seuls répondants d’urgence.

Jean Normand, superviseur de la Coopérative des techniciens ambulanciers de Charlevoix

Une solution?

Le maire tient à se faire rassurant. « On fait des suivis au jour le jour, avec les gens du CIUSSS, et ce n'est pas un dossier qui est pris à la légère », indique le maire Patrice Desgagnés.

Une douzaine de citoyens ont d'ailleurs été formés comme premier répondant.

On ne veut pas perdre nos acquis et on veut s'assurer que le service redevienne comme auparavant.

Patrice Desgagnés, maire de L'Isle-aux-Coudres
Le maire de L'Isle-aux-Coudres, Patrice DesgagnésLe maire de L'Isle-aux-Coudres, Patrice Desgagnés Photo : Radio-Canada

Sans donner de date, la députée de Charlevoix-Côte-de-Beaupré promet de rétablir les services.

« La situation est déplorable, inacceptable », affirme Émilie Foster, précisant que des candidatures d'infirmières sont présentement évaluées.

« On est à pied d’oeuvre, on travaille très fort. Je travaille de concert avec la ministre de la Santé et le CIUSSS pour qu’on puisse trouver une solution. On est en train d’en trouver une », ajoute-t-elle.

Le CIUSSS de la Capitale-Nationale estime qu'il manque une vingtaine d'infirmières.

D’après un reportage de Camille Simard

Québec

Santé