•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une enquête pour mieux connaître les intérêts de francophones de Thunder Bay

Des gens dans une salle communautaire participant à une soirée karaoké. On peut lire les paroles d'une chansons sur un écran.

Une soirée karaoké organisée par le Club culturel francophone de Thunder Bay.

Photo : Radio-Canada / Miguel Lachance

Miguel Lachance

Le Club culturel francophone de Thunder Bay (CCF) développera dans les prochains mois un plan stratégique afin de mieux toucher le public pour ses activités et de le fidéliser.

Le club a lancé début janvier un appel d’offres pour trouver un consultant qui pourra évaluer ses pratiques actuelles et dresser un portrait de la communauté francophone et de ses intérêts.

Le CCF a reçu une subvention de Patrimoine Canada pour mener à bien ce projet.

Selon la présidente du club, Audrey Debruyne, la démarche trouve son origine en 2016 alors que le club a organisé plusieurs activités dans lesquelles les francophones étaient davantage “acteurs” que consommateurs.

Des personnes en train de peindre et de colorier des décorations de Noël.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Le Club culturel francophone de Thunder Bay souhaite attirer plus de gens à leurs activités.

Photo : Audrey Debruyne

Dans le cadre de ce projet, nommé Oraliture — Jouons avec les mots, le CCF a entre autres proposé des ateliers d’art et de cuisine et a créé à l’automne 2016 une chorale francophone.

Malgré un certain succès, les administrateurs du CCF remarquent qu’un nombre restreint de personnes participent régulièrement aux activités qu’ils organisent.

On a cette difficulté à rejoindre des francophones qu’on n’a jamais rencontrés, affirme Mme Debruyne

Portrait de la communauté

Grâce à la réflexion menée avec l'aide du consultant, le CCF souhaite connaître les habitudes de son public cible.

Des francophones habitant à l'extérieur de Thunder Bay seront sondés, affirme Audrey Debryune, qui croit que le plan pourra être adapté par d'autres groupes francophones du Nord-Ouest de l'Ontario.

On veut demander "qu’est-ce que vous faites le week-end?", que ce soit en français ou pas.

Audrey Debruyne, présidente du Club culturel francophone de Thunder Bay

La présidente précise que ce n’est pas nécessairement pour complètement changer les activités du club, mais pour les adapter.

On se trouve en concurrence avec des activités anglophones ou des activités sportives. [...] Il y a des familles qui ne viennent pas à nos activités, car elles sont déjà engagées ailleurs, avance Mme Debruyne.

Sans un état des lieux, le club ne pourra pas s’améliorer, explique-t-elle.

La présidente du CCF rappelle que les administrateurs sont des bénévoles et qu’ils doivent eux-mêmes avoir un certain intérêt pour les activités qu’ils organisent.

Si demain matin on nous dit qu’il ne faut faire que des choses pour des enfants, je ne suis pas certaine que ça intéressera la majorité de nos administrateurs.

Audrey Debruyne, présidente du Club culturel francophone de Thunder Bay
Un groupe de personnes costumées.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Le conseil d'administration du Club culturel francophone de Thunder Bay, lors d'une activité à l'Halloween en 2018.

Photo : Club culturel francophone

Mais au moins, on aura démontré qu’on est à l’écoute de la population, précise-t-elle. Il y aura un effort à faire de notre côté pour trouver de nouveaux bénévoles qui auront [d'autres champs d'intérêt].

Un groupe multiculturel

Autrefois connu sous le nom de Club canadien-français de Thunder Bay, l'organisme fondé en 1965 a récemment changé de nom pour mieux refléter la diversité de ses bénévoles et de la population francophone locale.

La majorité des membres du conseil d’administration actuel du CCF ne sont d’ailleurs pas nés au Canada et n'habitent Thunder Bay que depuis quelques années.

On vient d’ailleurs, on n’a pas le même bagage culturel.

Audrey Debruyne, présidente du Club culturel francophone de Thunder Bay

On ne met pas de côté les événements “canadiens-français”, mais on a mis les choses un peu à notre sauce, raconte Mme Debruyne en référence aux nouvelles activités proposées depuis quelques années.

Des personnes versant de la tire d'érable sur de la neige pour les participants d'un carnaval.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Les cabanes à sucre sont parmi les activités phares du Club culturel francophone de Thunder Bay.

Photo : Audrey Debruyne

Elle espère que le consultant permettra de développer des stratégies de communication pour mieux vendre les activités aux Franco-Ontariens ou autres Canadiens français de souche.

Le travail du consultant commencera en février et se poursuivra jusqu’à fin juin.

Mme Debruyne prévoit que la mise en œuvre du plan stratégique commencera à l’automne.

Nord de l'Ontario

Francophonie