•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un chauffeur de la STS victime de racisme

Marcellin Gbazai en entrevue dans le stationnement du siège social de la Société de transport du Saguenay.

Marcellin Gbazai a été victime de racisme à bord de l'autobus qu'il conduit.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Un chauffeur de la Société de transport du Saguenay (STS) a lancé un cri du coeur sur les réseaux sociaux. Marcellin Gbazai a été victime de propos racistes à bord de son autobus.

Lundi soir, il transportait des passagers d'un avion vers l'aérogare de Bagotville lorsqu'un homme aurait tenu des propos racistes à son endroit.

Le gars, il monte et me regarde : "Ha! ça encore ici. Qu'est-ce que ça fait là?" J'ai dit : "Attends, c'est une blague où quoi? Ça encore ici?" Bon, en français, ça veut dire qu'est-ce que ça fait ça encore ici? Sa place, c'est peut-être au Sud ou Cuba. Je suis un être humain, on est en 2019, c'est des choses qui ne se disent pas, raconte le chauffeur d’autobus.

La personne en aurait par la suite rajouté. Marcellin Gbazai a décidé de porter plainte à la police.

Il a aussi partagé son histoire sur les réseaux sociaux pour conscientiser la population aux conséquences du racisme.

Je travaille pour gagner ma vie. Je ne travaille pas pour perdre ma vie et ma dignité. Me faire traiter comme une serpillère, il faut arrêter. Je ne suis pas un objet. Tout ceux qui viennent ici, que la région fait venir, ils font deux ans et trois ans et ils repartent parce que la réalité elle est là, ajoute Marcellin Gbazai.

La Société transport du Saguenay prend cette situation très au sérieux.

Ce sont des événements qui ne devraient pas se produire dans un service de transport en commun. C'est vraiment déplorable. L'employé dont on parle, il donne un bon service à la clientèle. Il n'a pas à s’attirer ce genre de critiques là ou de remarques gratuites, relate le directeur général de la STS, Jean-Luc Roberge.

La semaine dernière, un autre chauffeur de la STS a été agressé à Chicoutimi.

Le syndicat demande à l'employeur de mettre en place des dispositions pour mieux protéger les chauffeurs

Je pense que nous, comme travailleurs, on doit se sentir en sécurité, on doit se sentir en harmonie. Je pense que c'est à la direction de nous offrir et nous garantir un espace de travail sécuritaire, souligne le président du syndicat, José-Nicola Lopez.

La Société de transport du Saguenay compte rencontrer ses chauffeurs au cours des prochaines semaines pour revoir les règles à suivre dans ce genre de situation.

Saguenay–Lac-St-Jean

Société