•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Panne monstre au Canada et aux États-Unis

Radio-Canada

Une panne d'électricité d'une ampleur sans précédent a touché jeudi une partie du Canada et du nord-est des États-Unis. Les causes de l'incident, qui a affecté à son plus fort près de 30 millions de personnes, restent inconnues. En Ontario, près de 50% du territoire est de nouveau alimenté.

Quelque 30 millions de nord-américains se sont retrouvés privés d'électricité jeudi après-midi, vivant l'une des pannes les plus massives de l'histoire de la région. New York, Detroit, Cleveland, Syracuse, mais également Ottawa, Toronto et d'autres villes de la région des Grands Lacs et du nord de l'Ontario, ont fait les frais de cet incident majeur, dont les causes sont encore inconnues vendredi matin.

Vers 16 heures, en pleine heure de pointe, le courant s'est arrêté; la panne a provoqué d'immenses embouteillages, versant dans les rues des grandes villes des millions de personnes qui se retrouvaient sans moyen de transport pour rentrer chez elles.

Tard dans la nuit de jeudi à vendredi, et alors que les villes touchées par la panne étaient plongées dans le noir le plus complet, Toronto et l'ouest d'Ottawa ont progressivement connu le retour de l'électricité. Vers six heures du matin, la situation était revenue à la normale sur 50% du territoire de la province. Quelques heures plus tôt, l'est et le nord de New York étaient de nouveau alimentés.

Le journaliste Michel Morin nous explique pourquoi cette méga-panne n'a pas affecté le Québec

Les explications de Patrice Roy

Progressif retour à la normale à Toronto et Ottawa

Plusieurs villes de l'Ontario, dont Toronto et Ottawa, ont au départ été affectées par cette méga-panne. Par mesure de précaution, le premier ministre de la province, Ernie Eves, a déclaré l'état d'urgence vers 22h00, renforçant les patrouilles de police afin de prévenir tout débordement. En dépit de cette situation d'urgence et de l'important dispositif de sécurité, certains rapports de police ont toutefois fait état de débuts de pillages dans la ville d'Ottawa. Plus tard dans la nuit, vers trois heures du matin, le courant est progressivement revenu à Toronto ainsi que dans l'ouest d'Ottawa.

Ottawa

La veille, de nombreux accidents de circulation ont été rapportés à Ottawa à cause des feux de circulation désespérément éteints. L'aéroport d'Ottawa, fermé pendant plus de sept heures, a néanmoins été rouvert en fin de soirée.

La ville d'Ottawa a tenu un point de presse vendredi en début de matinée. Elle encourage les employés à rester à la maison. Les personnes âgées son invitées à demander de l'aide si nécessaire.

Le président d'Hydro-Ottawa, de son côté, déclare qu'on a pu rétablir le service pour la moitié des clients du réseau de la région d'Ottawa, mais indique qu'il y aura des délestages sporadiques dans la ville dans le courant de la journée. Il demande que les consommateurs fassent les plus grands efforts pour réduire leur consommation énergétique. Les plages publiques sont fermées parce qu'on a dû effectuer des déversements d'eaux usées dans la rivière, et la circulation est grandement perturbée par l'arrêt des feux de circulation.

Deux décès seraient liés à la panne, selon les autorités: celui d'un jeune homme, mort dans l'incendie d'une résidence, et celui d'une personne morte dans un accident de la route.

Toronto

À Toronto, d'importants embouteillages ont totalement paralysé le centre-ville, tandis que de nombreuses personnes sont restées coincées de longues minutes dans le métro. De manière générale, et en dépit de la confusion certaine qui régnait sur les grandes artères, l'évacuation des bureaux et le retour des résidents vers leur domicile se sont effectués dans le calme.

La situation en Ontario: le reportage de Daniel Thibeault

Big Apple plongée dans le noir

À New York, plus de la moitié des quelques 19 millions d'habitants de l'État ont passé la nuit dans le noir total. Bien que l'électricité soit revenue dans l'est et le nord de la ville, dans les quartiers du Queens, de Brooklyn et de State Island, la majorité des habitants ont dû se contenter de s'éclairer à la chandelle, tandis que nombre de travailleurs, bloqués, ont été obligés de s'accommoder d'un bout de trottoir pour passer la nuit. Le maire de New York, Michael Bloomberg, se voulait confiant jeudi soir, annonçant que la situation devait se normaliser vendredi matin. Les feux de circulation se sont remis en marche à 7h43. Cependant, le métro de la ville ne pourra être remis en service avant tard vendredi.

Par ailleurs, dans un discours donné à la nation, le président américain George W. Bush a félicité les Américains pour leur discipline, et leur a promis de les aider pour faire face à cette situation.

La panne a débuté à Big Apple en fin d'après-midi, après que la centrale électrique Con Edison inc. eut cessé d'alimenter la ville. Les New-Yorkais, qui sortaient du travail, ont rapidement mais calmement envahi les rues par centaines de milliers.

Les aéroports fermés en cascade

Devant l'ampleur de la panne, l'administration fédérale américaine de l'aviation avait initialement supprimé tous les vols entrants et sortants dans sept aéroports de la zone affectée par la panne. Les trois principaux aéroports de New York (John F. Kennedy, La Guardia et Newark) ont finalement été rouverts jeudi en fin de soirée. Idem pour ceux de Toronto (Pearson), Cleveland et Ottawa (Macdonald-Cartier). L'aéroport de Détroit serait quant à lui toujours fermé. À Montréal, tous les vols en partance de l'aéroport de Dorval vers les villes touchées par les pannes ont été annulés.

Lire également
9 novembre 1965 : CANUSE disjoncte (Nouvelle fenêtre)