•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le candidat de Trump à la Justice jure de protéger l'enquête russe

William Barr, candidat au poste de secrétaire à la Justice, témoigne lors de son audience devant la commission judiciaire du Sénat le 15 janvier 2019 à Washington.
Le juriste républicain de 68 ans a besoin du feu vert du Sénat pour faire son retour au gouvernement, plus de 25 ans après avoir été le procureur général du président George H. W. Bush. Photo: Getty Images / Alex Wong
Agence France-Presse

Le candidat de Donald Trump au poste de secrétaire à la Justice, William Barr, a juré mardi de protéger la tentaculaire enquête russe de toute interférence politique, mais s'est heurté lors de son audience de confirmation au Sénat à la méfiance des démocrates.

Le juriste républicain de 68 ans a besoin du feu vert du Sénat pour faire son retour au gouvernement, plus de 25 ans après avoir été le procureur général du président George H. W. Bush.

Sans se départir de son calme face au feu nourri des questions des élus, il a martelé qu'il était un homme « indépendant » et a promis de résister à toutes les pressions, y compris présidentielles.

N'hésitant pas à contredire le président Trump, il a défendu son « bon ami », le procureur spécial Robert Mueller, chargé d'établir s'il y a eu collusion entre Moscou et l'équipe du candidat républicain lors de la présidentielle de 2016.

« Je ne crois pas que M. Mueller puisse être impliqué dans une chasse aux sorcières », a déclaré William Barr, alors que le milliardaire new-yorkais ne cesse d'utiliser cette formule pour conspuer une enquête menée selon lui par un procureur « hors de contrôle ».

« Je crois que la Russie s'est ingérée dans les élections ou a essayé de le faire, et nous devons aller au terme » de cette enquête, a-t-il encore dit devant la commission judiciaire du Sénat.

Le FBI et les agences américaines du renseignement sont unanimes pour dire que le Kremlin a tenté de peser sur le cours de la campagne de 2016, mais le président Trump s'est montré réticent à reprendre leurs conclusions à son compte.

William Barr s'est en revanche gardé de s'engager à publier l'intégralité des conclusions du procureur Mueller. « Mon intention est de publier autant d'informations que possible », a-t-il seulement dit.

M. Barr, qui avait été confirmé avec un fort consensus lors de sa précédente nomination au département de la Justice, se présente cette fois dans un contexte politique beaucoup plus tendu.

Donald Trump, président des États-Unis

Les démocrates ont tenu à vérifier qu'il n'essayera pas de rogner les ailes du procureur spécial une fois qu'il sera, en tant que secrétaire à la Justice, chargé de superviser son travail.

Ils l'ont longuement interrogé sur une note qu'il avait adressée de son propre chef en juin au gouvernement pour critiquer un volet de l'enquête russe, considéré comme « irrémédiablement mal conçu ».

Le sénateur Patrick Leahy a comparé sa note à « une offre d'emploi », un moyen de se positionner comme successeur potentiel du secrétaire à la Justice Jeff Sessions, sur la sellette depuis plusieurs mois, qui a finalement été limogé en novembre.

« C'est grotesque », a rétorqué William Barr, en assurant qu'il y avait « des manières plus directes pour attirer l'attention du président ».

Soulignant que M. Barr était partisan d'une lecture assez large des pouvoirs exécutifs, la sénatrice Dianne Feinstein lui a demandé ce qu'il penserait si « le président demandait à un secrétaire à la Justice de mettre un terme à une enquête criminelle pour des raisons personnelles ».

Ce serait « un abus de pouvoir », a-t-il répondu.

« Et si le président accordait sa grâce à un protagoniste de l'enquête russe en échange de son silence? », a ajouté le sénateur Dick Durbin.

« Ce serait un crime », a tranché le candidat.

« Personne », pas même le président, « ne pourra me pousser à faire une chose que je juge mauvaise », a-t-il encore promis.

Les républicains étant majoritaires au Sénat (53 sièges sur 100), William Barr a de bonnes chances d'être confirmé à l'issue de son audition, qui se poursuivra mercredi.

Depuis le limogeage de Jeff Sessions, l'intérim est assuré par son ancien directeur de cabinet Matthew Whitaker, que les démocrates soupçonnent d'être à la botte du président Trump, et qu'ils sont pressés de voir partir.

Politique américaine

International