•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le Manitoba rend permanent le crédit d’impôt pour l'industrie cinématographique

Une équipe qui prend part à un tournage.

L'industrie du cinéma au Manitoba est en pleine expansion, selon la ministre Cathy Cox.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

La ministre manitobaine des Sports, de la Culture et du Patrimoine, Cathy Cox, a officialisé mardi le maintien permanent du crédit d'impôt du Manitoba pour la production de films et de vidéos. Ce dernier arrivait à échéance le 31 décembre.

La ministre a indiqué que le crédit d’impôt avait permis d’attirer plusieurs projets et de dynamiser l’économie de la province.

« C’est une économie dont la valeur s’élève aujourd’hui à 210 millions de dollars en volume de production », a précisé Cathy Cox.

Selon la directrice générale de l'association professionnelle On Screen Manitoba, Nicole Matiation, l'industrie de la production audiovisuelle est en pleine expansion au Manitoba.

« Il y a trois ans, on n’était qu’à environ 100 millions de dollars par an », a-t-elle souligné.

Selon elle, le crédit d’impôt « est rassurant pour tous ceux qui voudraient investir dans le milieu de la production. Ils savent que l’avenir est assuré et que ça vaut la peine de poursuivre ».

Un crédit avantageux

Les productions de films ou de vidéos au Manitoba peuvent bénéficier d’un rabais de 45 % sur le coût du travail d’un projet ou de 30 % sur l’ensemble des coûts.

Le crédit d’impôt donne également droit à des avantages financiers pour les tournages dans les régions rurales ou du nord de la province.

Un rapport de l’entreprise KPMG, commandé par le gouvernement provincial, a été remis cet automne. Ce dernier devait étudier les effets et le bien-fondé de cette mesure fiscale.

Il indiquait qu’il s’agissait du crédit d’impôt pour l’industrie audiovisuelle le plus généreux parmi les provinces canadiennes et recommandait de le réduire pour l’aligner avec ceux des provinces de l’Ouest.

« Il n’y aura pas de réduction », a confirmé la ministre Cathy Cox.

Une mesure rassurante pour les producteurs

Le propriétaire de la société de production Manito Média, Patrick Clément, explique que le crédit d'impôt permet de s’engager sur de longs projets.

« Les projets télé peuvent s’étaler jusqu’à 36 mois. Cela nous donne une stabilité sur le long terme », indique-t-il.

Une cinéaste indépendante de Winnipeg, Danielle Sturk, ajoute que le maintien du crédit d’impôt est une sécurité.

« Ça veut dire que j’ai du travail au Manitoba et que je peux y rester », affirme-t-elle. « Quand on peut dire dans les négociations de production que l’on a 35 % du budget déjà assuré, c’est un encouragement pour les partenaires. »

Certains producteurs étrangers, comme Carine Nonnenmacher au sein de la société française Docland Yard, reconnaissent que le crédit d’impôt est un élément important de la prise de décision dans le montage d’un film.

« À choisir, je privilégierai un producteur qui a un crédit d’impôt. Ça permet d’équilibrer les financements », conclut-elle.

Avec des informations de Pierre Verrière

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Manitoba

Fiscalité