•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Valérie Plante rencontre des politiciennes de l'Abitibi-Témiscamingue

Valérie Plante parle lors d'un point de presse, encadrée de quatre femmes députées.
Valérie Plante a pu s'entretenir avec quatre femmes élues en Abitibi-Témiscamingue, soit Claire Bolduc, Diane Dallaire, Émilise Lessard-Therrien et Christine Moore. Photo: Radio-Canada / Jean-Marc Belzile
Emily Blais

Une scène peu fréquente à Rouyn-Noranda a eu lieu mardi avant-midi. Quatre femmes élues dans la région se sont réunies avec la mairesse de Montréal, Valérie Plante.

La mairesse de Rouyn-Noranda, Diane Dallaire, la préfète de la MRC de Témiscamingue, Claire Bolduc, la députée de Rouyn-Noranda-Témiscamingue, Émilise Lessard-Therrien, et la députée d'Abitibi-Témiscamingue, Christine Moore, ont souligné la place des femmes en politique.

Le nombre de femmes élues augmente, et elles obtiennent aussi davantage de postes importants, selon la mairesse de Montréal, Valérie Plante.

Ici, vous avez une directrice générale à la Ville de Rouyn-Noranda. Moi, dans mes équipes, j'ai beaucoup de hautes dirigeantes de la Ville de Montréal qui sont des femmes. Donc, on sent vraiment que ça commence à être une parité beaucoup plus affirmée, plus affichée et c'est une excellente nouvelle, déclare-t-elle.

Émilise Lessard-Therrien, députée de Rouyn-Noranda-Témiscamingue, souligne que la rencontre d'une heure n'a pas débuté par des enjeux traditionnels, comme la conciliation travail-famille.

Je pense que les femmes aujourd'hui, on a su se tailler une place crédible sur le fait qu'on est capable de parler d'économie, de parler de transport, de parler des enjeux qui, on dirait qu'à prime à bord étaient plus rattachés aux hommes, mais aujourd'hui, cette question-là de sexe n'existe plus, dit-elle.

Selon la députée d'Abitibi-Témiscamingue, Christine Moore, la population est ouverte à accueillir les femmes en politique.

Ce n'est pas rare des élections où il n'y avait absolument aucune candidate sur le bulletin de vote. Donc les gens ne peuvent pas choisir de femmes s'il n'y en a pas comme candidate, fait-elle valoir.

Valérie Plante pense que le défi est de s'assurer que les femmes qui entrent en politique y restent.

Abitibi–Témiscamingue

Politique régionale